Collaboration interprofessionnelle et qualité de vie au travail: pour bonifier les compétences de chacun

Description: 

La collaboration interprofessionnelle est un outil efficace pour résoudre des problèmes complexes tout en permettant de partager les rôles et responsabilités de chacun. Cela engendre des effets positifs directement sur la qualité des services à la clientèle et sur la qualité de vie au travail. Pour y arriver, les professionnelles de la santé et des services sociaux doivent développer de multiples compétences autant dans leur champ d’exercice spécifique que dans le champ des relations interpersonnelles. Cette formation permettra d’élargir la vision de nos rôles respectifs et communs et de mettre l’emphase sur le plus-value propre à nos champs d’exercices. Il abordera les fameuses zones grises qui s’avèrent des lieux privilégiés d’échanges constructifs.  Ceci favorisant la mise en place de plan d’intervention centrées sur les besoins du client. De plus, une panoplie de stratégies et d’outils pour améliorer notre organisation et trouver des solutions au quotidien y seront présentées.

OBJECTIFS : Approfondir les connaissances sur les compétences et les champs d’exercices des professionnels de la santé et des services sociaux

Améliorer la compréhension du rôle de chacun et se donner des outils pour optimiser le travail d’équipe lors de chevauchement des activités professionnelles

Comprendre les éléments facilitateurs et les obstacles à la collaboration interprofessionnelle

Améliorer la qualité des échanges entre les membres de l’équipe et le plaisir de relever des défis complexes.

Mieux s’outiller afin de garder un équilibre entre la qualité et la quantité de travail

MATÉRIEL DIDACTIQUE: Présentation visuelle : diaporama, Réflexion en sous-groupe autour D’histoires de cas et échange en plénière, Outil aide-mémoire de stratégies pour mieux travailler en équipe

 

Ghislaine Bélair, ergothérapeute a complété sa maîtrise sur le rôle des activités de loisir dans la réadaptation des personnes âgées. Depuis 1987, elle exerce sa profession sur tout le continuum du réseau de la santé : hébergement, centre de jour, hôpital, centre de réadaptation, CLSC. Tout au long de son cheminement professionnel, elle a expérimenté différents rôles dans le domaine de la clinique, de la recherche tout comme gestionnaire de projet et formatrice. Actuellement, la collaboration interprofessionnelle, l’approche auprès des aînés ainsi que la promotion d’une vie active et équilibrée sont au cœur de ses intérêts.

 

Quand l’impuissance se fait ressentir en intervention : comment agir, comment la négocier ?

Description

Plusieurs facteurs peuvent mener à un sentiment d’impuissance chez l’intervenant ; certains sont liés à la clientèle auprès de qui travaillent les intervenants, alors que d’autres sont assimilables aux conditions dans lesquelles l’intervention est menée. Dans le premier cas de figure, il arrive par exemple à l’intervenant d’être témoin de grande détresse chez les clients et les familles auprès desquelles il agit. Dans un deuxième temps, l’intervenant se voit parfois contraint de négocier dans un cadre de pratique rigide, alors que les possibilités d’actions sont limitées et où les services aux clients ne peuvent répondre à l’entièreté de leurs besoins. L’impuissance est une expérience qui démotive les professionnels, remet en question leurs interventions et peut mener à la souffrance au travail. Cette formation permettra de répondre à plusieurs questions relatives, notamment, à l’implication émotive d’une intervention (Suis-je trop impliqué par rapport à mes clients… ? Comment demeurer empathique tout en conservant mon humanité… ?, etc.), aux limites d’une intervention, et la façon de repérer l’impasse et la négocier (Comment garder une distance tout en étant opérant comme professionnel ?  Comment reconnaître les limites d’une intervention… ? Quand et comment lâcher-prise en cas d’impasse… ?).

 

Objectif

Cette formation vise à explorer non seulement le vécu clinique et ses sources de souffrance, mais aussi à aborder les données probantes à jour concernent l’impasse en intervention et comment la résoudre. Elle a aussi comme objectif d’outiller les participants concrètement sur les manières de faire face au sentiment d’impuissance qui peut parfois survenir en contexte d’intervention.

 

Clientèle-visée

Cette formation s’adresse à tous les intervenants qui s’intéressent au sujet abordé (œuvrant tant dans le réseau publique que privé).

 

Contenu

Les sources de souffrance au travail liées au sentiment d’impuissance, les sources d’impuissance et la manière de les reconnaître, les pistes de solutions pour gérer son impuissance; quelques stratégies du ‘’prendre soin de soi’’ et outils concrets à appliquer en intervention.

 

Méthode pédagogique

Exposé théorique et pratique, discussions en groupe, analyses de cas cliniques, approche participative.

 

Formateur

Marie-Michèle Lord est ergothérapeute, graduée de la maîtrise de l’Université de Montréal. Elle est candidate au doctorat à l’Université du Québec à Trois-Rivières et y est chargée de cours pour les étudiants au baccalauréat et à la maîtrise. Dans ses recherches doctorales, elle s’intéresse entre autres à la santé mentale des travailleurs du réseau de la santé. Elle est présidente directrice générale de la compagnie « Les ergonomes associés du Québec inc.». Elle est auteur de quelques articles scientifiques et a présenté plusieurs communications dans différentes manifestations scientifiques (congrès et colloques) de nature nationale et internationale.

Les pièges en intervention: l’impact et le rôle de l’intervenant. Comment conjuguer les perspectives de chacun pour mieux intervenir

Description 

Quel intervenant n’a jamais vécu une situation où :

–          l’usager ou ses proches prenaient « contrôle » de l’entrevue;

–          d’autres professionnels lui prescrivaient quelles interventions effectuer;

–          malgré toutes les recommandations et solutions proposées, l’usager ne « collaborait » pas;

–          malgré l’application des solutions souhaitées par l’usager, l’intervention ne se terminait pas telle que prévu

Bien que très difficiles à vivre pour l’intervenant, ces situations parlent de plusieurs aspects du savoir-être en intervention : savoir prendre sa place, savoir accompagner l’usager et ses proches dans ses difficultés avec les solutions qu’il souhaite appliquer, savoir quelles valeurs personnelles et professionnelles régissent nos interventions mais avant tout, savoir comment notre propre vécu peut induire ces difficultés en intervention. Lors de la formation universitaire, n’est-il pas dit que l’intervenant est son propre outil de travail? Revenons donc à la base afin de dénouer ces nœuds d’intervention.


Objectifs généraux 

 Comprendre comment notre propre vécu personnel interfère dans nos interventions professionnelles et notre mode relationnel en identifiant les situations les plus problématiques. Comprendre comment notre propre expérience personnelle, nos valeurs et nos croyances interfèrent dans nos interventions professionnelles. Apprendre à clarifier notre rôle professionnel et les mandats qui nous sont donnés en lien avec le principe systémique  de résonnance et de clarification des demandes professionnelles.

Objectif spécifique 

Au terme de cette journée de formation, les participants seront en mesure de :

1)      identifier les contextes d’intervention dans lesquels surviennent leurs difficultés

2)      identifier leurs valeurs et croyances pouvant interférer dans leurs interventions

3)      savoir clarifier les demandes des usagers et de leurs proches et d’identifier leurs limites d’intervention

Contenu : Approche systémique, concept de résonnance, clarification de la demande,

Clientèle 

Tout intervenant ayant déjà vécu des difficultés en intervention

 

Méthode pédagogique 

–       Exposés théoriques

–       Ateliers d’appropriation

–       Retours expérientiels des participants.

–       Exercices individuels et de groupe

Vieillissement de la population : défis et enjeux en intervention

Description

Le vieillissement de la population est une réalité mondiale touchant l’organisation des services, ainsi que les intervenants travaillant auprès de cette clientèle. Les modalités d’interventions doivent être adaptées pour favoriser l’intégration de plusieurs collaborateurs concernant les soins et services dispensés aux aînés et à leurs proches. Cette formation propose aux différents intervenants travaillant avec une clientèle vieillissante et leurs proches diverses pistes de réflexion et d’intervention afin de favoriser une approche centrée sur l’empowerment et le travail de collaboration, tout en abordant les pertes et les deuils liées au vieillissement. Inspirée de statistiques, de données probantes mais également de plusieurs situations cliniques cette journée de formation aborde le vieillissement selon une perspective de collaboration : comprendre la singularité des besoins selon la pluralité des parcours de vie des personnes aînées.

 

Objectifs d’apprentissage : Au terme de cette journée de formation, les participants seront en mesure :

  • De faire une lecture systémique du vieillissement, des enjeux et défis présents en intervention
  • D’identifier des stratégies d’intervention favorisant l’implication des aînés et de leurs proches

Clientèle visée : Tout professionnel travaillant auprès d’une clientèle vieillissante et de leurs proches

Méthode pédagogique :

  • Ateliers personnels réflexifs
  • Ateliers en petit groupe
  • Échanges entre les participants
  • Exposés théoriques
  • Vignette clinique et discussion de groupe

 

Saisir le passé des clients et en faire un véhicule thérapeutique

Description 

Cette formation va vous sortir de votre zone de confort ! On parle ici de l’anamnèse, mais pas de la partie que vous connaissez bien, faites de notes précises, de cases à remplir, de questions à poser (de chiffres à aligner). NON! Il est question ici d’écoute, de ressenti, de compréhension, de prise de connaissance du passé du client, de son histoire et des richesses et des ressources qui s’y cachent.

Bien entendu il y a toujours le contenu signifiant mais l’on va s’attarder ici AUSSI à tout ce qui, par définition, est non signifiant : l’imprégnation des expériences antérieures à l’événement, les émotions, l’écologie de la personne, son environnement et notamment le rôle des proches qui peut prendre une place prépondérante dans la démarche thérapeutique.

Objectif 

Développer ses habiletés à soutenir le client dans son développement d’autonomie et son processus de réadaptation, tout en utilisant efficacement ses propres forces. Apprendre à analyser ses propres émotions. Et surtout à utiliser la « richesse » du parcours client.

Contenu 

Exposé théorique global, études de cas suivis de trucs simples pouvant être transposés rapidement dans la pratique et qui facilitent la communication, mais surtout la compréhension des clients.

Méthode pédagogique 

Exposés théoriques. Le contenu de cette formation se fera surtout sous forme d’analyse et d’exercices.

Rôle de l’ergothérapeute dans le soutien de la personne mourante

Description 

Faire face à la mort ou accompagner une personne en fin de vie est une réalité parfois très difficile à vivre. Le mourir est un phénomène naturel mais rempli d’incertitudes, de souffrances de toutes sortes … Comment agir en toutes circonstances pour aider et supporter un client mourant ? Cette formation qui s’adresse aux ergothérapeutes aide à prendre conscience et à réfléchir sur le processus de la mort, à reconnaître les différentes étapes du processus du mourir ainsi que les outils à développer pour accompagner.

Objectifs 

Prendre conscience et réfléchir sur le processus de la mort (peurs, mythes, croyances, sa propre mort…), apprendre à mieux communiquer avec les mourants et leurs familles, savoir reconnaître les étapes du mourir (mois, semaines, jours, heures avant le décès), connaître le processus d’agonie (dernières heures) et ses étapes, prendre conscience de l’impact que peuvent entraîner les pertes successives (le deuil des soignants) et comment se protéger pour survivre émotionnellement à un travail difficile, cerner le rôle de l’ergothérapeute dans le travail auprès de la personne mourante.

Clientèle visée 

Ergothérapeutes.

Contenu 

Définition des soins en fin de vie et charte du malade mourant, réflexion personnelle sur la mort et connaissance de soi versus sa propre mort, étapes du deuil chez la personne mourante et les famille, relecture de vie et bons outils de communication en fin de vie, étapes physiques et psychologiques du mourir, signes et symptômes de l’agonie, mesures de confort en fin de vie (survol), rites funéraires, différentes croyances face à la mort, deuil des soignants, avantages et désavantages d’un maintien à domicile en fin de vie et aspect légal.

Méthode pédagogique 

Exposés théoriques, histoires de cas et partages d’expériences sur le sujet.

Communiquer efficacement en situation difficile (Conversations et confrontations difficiles)

Description

Comment aborder un client quand l’intervenant suspecte un problème de santé mentale ou de consommation ? Ou encore quand un client a un problème d’hygiène personnelle qui interfère avec ses relations interpersonnelles ? Comment parler avec un client qui arrive toujours en retard à ses rendez-vous ou les annule? Et avec un stagiaire qui a des excuses pour tous ses manquements et qui prend mal la critique ?

Combien de fois vous vous retrouvez dans une situation embêtante où vous ne savez pas comment aborder un sujet délicat à un moment crucial; vous vous sentez coincé dans une impasse dans une relation avec un proche, un collègue, un client, etc…
Notre habileté à aborder ces conversations et confrontations cruciales peut être déterminante pour la qualité de nos relations personnelles et professionnelles.
Si les opinions diffèrent, les enjeux sont importants et que les émotions sont vives, il y a fort à parier qu’une conversation cruciale se prépare.  Dans la plupart des cas, ces conversations sont évitées, et toutes les personnes impliquées restent avec leur malaise.  Dans d’autres cas, la conversation tourne au vinaigre et les relations en payent le prix.  Plus rarement, ces conversations sont tenues de façon candide et respectueuse, le malaise disparaît, et la relation est solidifiée.  Comment faire pour que ces rares occasions deviennent plus fréquentes?
Si vous êtes en face d’une promesse brisée, d’une attente déçue, d’un engagement non respecté,
d’une règle violée ou d’un comportement inacceptable, c’est plutôt une confrontation cruciale qui vous attend.  Comment faire pour signaler à l’autre son infraction sans le mettre sur la défensive?  Comment l’aborder de sorte que l’autre trouve la motivation et les moyens nécessaires pour remédier au problème soulevé?

Objectifs

Acquérir des connaissances sur les éléments constituant une conversation et un confrontation cruciale.
Développer des habiletés pour préparer un échange crucial.
Apprendre à récupérer quand un échange crucial dérape.
Se familiariser avec les conditions gagnantes d’un échange crucial réussi ainsi que les pièges à éviter.
Mettre en pratique ses nouvelles connaissances avec des exemples vécus personnels.
Identifier ses forces et ses faiblesse en matières d’échanges cruciaux.
Utiliser des aides-mémoire pour mener à bien ses échanges cruciaux.
Explorer l’impact de différentes approches

Méthode pédagogique: 

Exposés théoriques entrecoupés d’exemples pratiques ; ateliers pratiques à partir de cas concrets.

Pour faciliter et soutenir les changements difficiles

Description

Nous sommes des êtres d’habitudes, des bonnes comme des mauvaises.  Pourquoi est-ce si difficile de les changer?  Est-ce que vous réécrivez les mêmes résolutions le 1er janvier de chaque année, pour les abandonner quelques semaines ou quelques mois plus tard?
Si c’est difficile pour nous, ça l’est aussi pour les autres.  Alors comment les aider à changer leurs habitudes?  On a tendance à croire que si on a de bonnes habitudes, c’est parce qu’on a une motivation en béton pour les garder.  De la même façon, quand on échoue à se débarrasser de mauvaises habitudes ou qu’on n’arrive pas à maintenir les nouvelles habitudes qu’on souhaite acquérir, alors on conclue qu’on manque de volonté.

Est-ce vraiment le cas?  Non.  De la même façon, vous venez de convaincre votre client de la nécessité d’un changement.  Il repart plein de motivation.  Après quelques semaines, vous constatez que le changement ne s’est pas maintenu.  Pourquoi?
Il y a en fait, plusieurs éléments à considérer pour que des changements soient réussis.  La motivation est loin d’être le seul enjeu.  Pour qu’un vieux comportement soit abandonné, ou qu’un nouveau comportement soit adopté, il faut que la personne concernée possède ou développe la motivation, mais aussi les habiletés nécessaires.
On a tendance à voir la motivation et les habiletés dans une seule dimension.  En fait, les sources de motivation sont multiples, et il en est de même pour les habiletés.

Objectifs

Découvrir les 6 sources d’influence pour les changement de comportement.
Trouver inspiration dans plusieurs exemples de changements majeurs menés avec succès.
S’habituer à cibler les comportements essentiels au changement souhaité.
Apprendre à développer un plan de changement et à le réviser régulièrement.
Identifier les moments cruciaux où le changement sera difficile à maintenir.
Développer des stratégies pour faire face à ces moments cruciaux.
Mettre en pratiques les nouveaux apprentissages à partir d’un changement personnel et d’un changement souhaité avec un client.

Méthode pédagogique

Exposés théoriques entrecoupés d’exemples pratiques ; travail à partir des exemples des participants.

L’intervention de groupe: une approche efficace, stimulante et accessible à tous

Description : Nous n’avons qu’à penser à notre famille, à nos proches, à nos collègues de travail, à nos activités personnelles et de loisir pour constater à quel point le groupe occupe une place importante dans nos vies. Il est donc facile de comprendre pourquoi il peut également être un élément puissant en contexte d’intervention. Mais à quelles réflexions faut il s’adonner en tant que professionnel lorsque l’on souhaite mettre en branle un tel projet dans notre
établissement? Quelles sont les connaissances théoriques et pratiques à avoir en main avant de se lancer dans la grande aventure?

Objectifs : Dans le cadre de sa participation à la journée de formation, le participant sera amené à travailler sur des éléments portant tant sur les aspects théoriques que pratiques liés à l’intervention de groupe. Ainsi, il sera amené à travailler sur les points suivants :

– Aller chercher les connaissances théoriques nécessaires en lien avec l’intervention de groupe.

– Développer des habiletés pour intervenir en situation d’intervention de groupe auprès d’une clientèle variée.

– Amorcer une démarche de réflexion par rapport à la mise en place d’un projet d’intervention de groupe en établissement.

Clientèle visée : Ce cours s’adresse à toutes personnes pouvant être amenés à faire l’utilisation de l’intervention de groupe dans le cadre de leurs fonctions.

Contenu : -Volet théorique : Buts et objectifs du groupe, types de groupes, groupes ouverts et fermés, les rôles de l’animateur, coanimation, règles de fonctionnement, systèmes du groupe, phases du groupe etc.
-Volet pratique : Expérimentation d’une séance de groupe, mises en situation, discussions de cas cliniques.
-Présentation d’un projet d’intervention de groupe mis en place en établissement.

Méthode pédagogique : Volet théorique et pratique. Discussions de cas cliniques, jeux de rôle et mises en situation. Échanges d’expériences sur le sujet.

Savoir faire dans la gestion des attentes d’un client

Description : La complexité des situations vécues par la clientèle du réseau de la santé et des services sociaux amènent les intervenants à prendre et à partager des décisions difficiles. L’écart entre les attentes du client et les moyens d’intervention disponibles peut devenir un dilemme lorsque les demandes sont plus ou moins adaptées à la réalité ou présentées de façon insistante. S’ajoute à cette pression, les exigences en provenance des ordres professionnels et des établissements.
Comment avoir une ligne directrice et rester centré malgré des problématiques biopsychosociales si variées? Devons-nous être expert dans tout? ? Est-ce possible de départir les besoins et les désirs du client? Est-ce que l’approche basée sur un partenariat entre le client et le professionnel serait une approche applicable pour aider à la formulation d’objectifs réalistes?
Plusieurs stratégies pour susciter l’engagement responsable dans le processus thérapeutique y seront présentées. Les participants pourront consolider leur identité professionnelle afin de pouvoir mieux intervenir comme agent de changement efficace auprès de la clientèle.

Objectifs : Réfléchir sur les enjeux éthiques reliés aux attentes d’un client vs les moyens disponibles.
Comprendre les étapes du processus de changement.
Développer les habiletés cliniques pour entrer en relation avec le client incluant les concepts de partenariat entre le client et l’intervenant.
Faciliter la formulation et l’atteinte des objectifs de la personne.
Mieux comprendre et utiliser les différentes facettes du rôle d’un professionnel de la santé et des services sociaux.

Clientèle visée :Tous les intervenants œuvrant dans le domaine de la santé et services sociaux qui souhaitent améliorer leur pratique en développant des compétences comme agent de changement auprès de leur clientèle.

Méthode pédagogique: Présentation théorique, histoires de cas, atelier en sous-groupe.