Dans cette catégorie sont regroupées des formations pouvant intéresser les praticiens oeuvrant dans le champ de la santé mentale. La « santé » étant globale, il se peut que certaines formations intéressant un clinicien du champ de la santé mentale puissent se retrouver dans la catégorie « Santé physique ».

Savoir-faire culturel et intergénérationnel en réadaptation socioprofessionnelle

Problématique 

La recherche en réadaptation au travail des vingt-cinq dernières années a permis de cibler plusieurs déterminants de l’absence prolongée du travail. Notamment, les représentations de la douleur et les attentes de traitement pouvaient influencer l’issue d’une prise en charge en réadaptation. Or, ces éléments peuvent être fortement influencés par les aspects culturels et générationnels. Le savoir-faire culturel et intergénérationnel réfère aux attitudes, compréhensions et habiletés que détiennent les ergothérapeutes en mesure de rendre un service efficaces et centré sur le client pour les clients ayant différents antécédents culturels, ou tenant compte de leur réalités générationnelles. Ces types de savoir-faire vont au-delà de la prise de conscience des différences ; ils font référence à la capacité d’adopter des comportements et une approche qui permet de travailler efficacement.  

 

Objectif

Cette formation vise à aborder diverses questions concernant les enjeux culturels et générationnels liés à la prise en charge de clients en contexte de réadaptation socioprofessionnelle.  

 

Contenu 

Données probantes récentes sur le sujet de la compétence culturelle et intergénérationnelle. Pistes d’action concrètes à appliquer à la pratique (ex : relation thérapeute-client, considérations quant au processus de réadaptation, enjeux liés au retour au travail).  

 

Clientèle visée

Cette formation s’adresse aux ergothérapeutes œuvrant en contexte multiculturel, et/ou ceux désirant considérer les différences générationnelles dans leurs interventions.  

 

Méthode pédagogique

Exposés, discussions en groupe, analyses de cas cliniques. 

Trouver sa place et renforcer son rôle de thérapeute

Description 

Ce qui fait un bon intervenant, un bon thérapeute débute avec l’attitude et le comportement général. Avant même la première parole, notre corps parle au client et ce dialogue silencieux se poursuit tout au long de la thérapie et l’influence indéniablement. Est-ce que vous dégagez physiquement exactement ce que vous désirez? Par exemple, l’écoute, la compréhension, l’empathie ou encore, la motivation à adhérer au service proposé. Nous allons voir comment nous synchroniser avec le client, comment le ressentir, le « percevoir ». Entre autres, ces transformations simples vont avoir un impact sur notre posture et notre manière d’interagir. Globalement on verra l’émergence du lien de confiance ou son renforcement. Ce qui amène le client à se mobiliser vers l’atteinte de ses objectifs et à s’investir dans la relation thérapeutique.  

Objectif 

Alors comment va-t-on développer l’attitude, le comportement général et le savoir «être»? Favoriser la relation thérapeutique avec différents clients. Comment va-t-on réussir le partenariat? Comment développer sa propre créativité? Comment va-t-on à tour de rôle pouvoir s’exprimer ou diriger? C’est ce que nous allons voir au cours de cette journée faite essentiellement d’expérimentations, notamment en sachant prendre du recul par rapport à son attitude posturale de façon à l’améliorer. Développer son magnétisme personnel. Développer sa propre créativité. 

Contenu 

Un peu de théorie mais surtout beaucoup de petits exercices concrets et révélateurs  

Entretien motivationnel

Les intervenants, soit en milieu privé ou en milieu public, rencontrent régulièrement des clients qui font face à un changement qu’ils trouvent difficile à initier. Cet atelier de 2 jours présente cette approche de communication à la fois efficace et centrée sur le client en termes de son esprit, ses processus et techniques dans un style d’apprentissage interactif et expérientiel. Les participants explorent des façons créatives d’intégrer l’EM dans leur pratique actuelle. Les participants ont l’opportunité de discuter des composantes de cette approche et de pratiquer des jeux réels et autres exercices.

OBJECTIFS

Les participants seront en mesure de :

  1. Connaître et comprendre l’esprit de l’EM qui est à la base de la pratique;
  2. D’identifier et pratiquer les trois phases d’un entretien motivationnel (engagement, amplification de l’ambivalence et autonomisation);
  3. Développer leurs compétences à utiliser les outils de base : questions ouvertes, les résumés, les reflets empathiques (simples et complexes) et les valorisations. Ils auront expérimenté d’autres façons d’aborder l’ambivalence; et
  4. De comprendre et d’utiliser des stratégies efficaces pour faire diminuer la dissension et faire progresser le discours de maintien vers un discours de changement.

Prérequis : aucun.

Collaboration interprofessionnelle et qualité de vie au travail: pour bonifier les compétences de chacun

Description: 

La collaboration interprofessionnelle est un outil efficace pour résoudre des problèmes complexes tout en permettant de partager les rôles et responsabilités de chacun. Cela engendre des effets positifs directement sur la qualité des services à la clientèle et sur la qualité de vie au travail. Pour y arriver, les professionnelles de la santé et des services sociaux doivent développer de multiples compétences autant dans leur champ d’exercice spécifique que dans le champ des relations interpersonnelles. Cette formation permettra d’élargir la vision de nos rôles respectifs et communs et de mettre l’emphase sur le plus-value propre à nos champs d’exercices. Il abordera les fameuses zones grises qui s’avèrent des lieux privilégiés d’échanges constructifs.  Ceci favorisant la mise en place de plan d’intervention centrées sur les besoins du client. De plus, une panoplie de stratégies et d’outils pour améliorer notre organisation et trouver des solutions au quotidien y seront présentées.

OBJECTIFS : Approfondir les connaissances sur les compétences et les champs d’exercices des professionnels de la santé et des services sociaux

Améliorer la compréhension du rôle de chacun et se donner des outils pour optimiser le travail d’équipe lors de chevauchement des activités professionnelles

Comprendre les éléments facilitateurs et les obstacles à la collaboration interprofessionnelle

Améliorer la qualité des échanges entre les membres de l’équipe et le plaisir de relever des défis complexes.

Mieux s’outiller afin de garder un équilibre entre la qualité et la quantité de travail

MATÉRIEL DIDACTIQUE: Présentation visuelle : diaporama, Réflexion en sous-groupe autour D’histoires de cas et échange en plénière, Outil aide-mémoire de stratégies pour mieux travailler en équipe

 

Ghislaine Bélair, ergothérapeute a complété sa maîtrise sur le rôle des activités de loisir dans la réadaptation des personnes âgées. Depuis 1987, elle exerce sa profession sur tout le continuum du réseau de la santé : hébergement, centre de jour, hôpital, centre de réadaptation, CLSC. Tout au long de son cheminement professionnel, elle a expérimenté différents rôles dans le domaine de la clinique, de la recherche tout comme gestionnaire de projet et formatrice. Actuellement, la collaboration interprofessionnelle, l’approche auprès des aînés ainsi que la promotion d’une vie active et équilibrée sont au cœur de ses intérêts.

 

Quand l’impuissance se fait ressentir en intervention : comment agir, comment la négocier ?

Description

Plusieurs facteurs peuvent mener à un sentiment d’impuissance chez l’intervenant ; certains sont liés à la clientèle auprès de qui travaillent les intervenants, alors que d’autres sont assimilables aux conditions dans lesquelles l’intervention est menée. Dans le premier cas de figure, il arrive par exemple à l’intervenant d’être témoin de grande détresse chez les clients et les familles auprès desquelles il agit. Dans un deuxième temps, l’intervenant se voit parfois contraint de négocier dans un cadre de pratique rigide, alors que les possibilités d’actions sont limitées et où les services aux clients ne peuvent répondre à l’entièreté de leurs besoins. L’impuissance est une expérience qui démotive les professionnels, remet en question leurs interventions et peut mener à la souffrance au travail. Cette formation permettra de répondre à plusieurs questions relatives, notamment, à l’implication émotive d’une intervention (Suis-je trop impliqué par rapport à mes clients… ? Comment demeurer empathique tout en conservant mon humanité… ?, etc.), aux limites d’une intervention, et la façon de repérer l’impasse et la négocier (Comment garder une distance tout en étant opérant comme professionnel ?  Comment reconnaître les limites d’une intervention… ? Quand et comment lâcher-prise en cas d’impasse… ?).

 

Objectif

Cette formation vise à explorer non seulement le vécu clinique et ses sources de souffrance, mais aussi à aborder les données probantes à jour concernent l’impasse en intervention et comment la résoudre. Elle a aussi comme objectif d’outiller les participants concrètement sur les manières de faire face au sentiment d’impuissance qui peut parfois survenir en contexte d’intervention.

 

Clientèle-visée

Cette formation s’adresse à tous les intervenants qui s’intéressent au sujet abordé (œuvrant tant dans le réseau publique que privé).

 

Contenu

Les sources de souffrance au travail liées au sentiment d’impuissance, les sources d’impuissance et la manière de les reconnaître, les pistes de solutions pour gérer son impuissance; quelques stratégies du ‘’prendre soin de soi’’ et outils concrets à appliquer en intervention.

 

Méthode pédagogique

Exposé théorique et pratique, discussions en groupe, analyses de cas cliniques, approche participative.

 

Formateur

Marie-Michèle Lord est ergothérapeute, graduée de la maîtrise de l’Université de Montréal. Elle est candidate au doctorat à l’Université du Québec à Trois-Rivières et y est chargée de cours pour les étudiants au baccalauréat et à la maîtrise. Dans ses recherches doctorales, elle s’intéresse entre autres à la santé mentale des travailleurs du réseau de la santé. Elle est présidente directrice générale de la compagnie « Les ergonomes associés du Québec inc.». Elle est auteur de quelques articles scientifiques et a présenté plusieurs communications dans différentes manifestations scientifiques (congrès et colloques) de nature nationale et internationale.

Saisir le passé des clients et en faire un véhicule thérapeutique

Description 

Cette formation va vous sortir de votre zone de confort ! On parle ici de l’anamnèse, mais pas de la partie que vous connaissez bien, faites de notes précises, de cases à remplir, de questions à poser (de chiffres à aligner). NON! Il est question ici d’écoute, de ressenti, de compréhension, de prise de connaissance du passé du client, de son histoire et des richesses et des ressources qui s’y cachent.

Bien entendu il y a toujours le contenu signifiant mais l’on va s’attarder ici AUSSI à tout ce qui, par définition, est non signifiant : l’imprégnation des expériences antérieures à l’événement, les émotions, l’écologie de la personne, son environnement et notamment le rôle des proches qui peut prendre une place prépondérante dans la démarche thérapeutique.

Objectif 

Développer ses habiletés à soutenir le client dans son développement d’autonomie et son processus de réadaptation, tout en utilisant efficacement ses propres forces. Apprendre à analyser ses propres émotions. Et surtout à utiliser la « richesse » du parcours client.

Contenu 

Exposé théorique global, études de cas suivis de trucs simples pouvant être transposés rapidement dans la pratique et qui facilitent la communication, mais surtout la compréhension des clients.

Méthode pédagogique 

Exposés théoriques. Le contenu de cette formation se fera surtout sous forme d’analyse et d’exercices.

Dépendance affective et T.C.C.

Description

La dépendance affective est une problématique couramment rencontrée par les cliniciens qui oeuvrent dans les domaines de la santé mentale ou physique. La dépendance excessive constitue un obstacle important dans le processus de réadaptation, en plus de prédisposer au développement d’autres  maladies mentales comme la dépression. L’approche cognitivo-comportementale propose des pistes de solutions efficaces dans le traitement et la réadaptation de ces personnes.

Objectifs 

Connaître les caractéristiques du trouble de la personnalité dépendante et de la dépendance affective. Acquérir des connaissances et des compétences dans l’évaluation et le traitement du trouble de la personnalité dépendante selon l’approche cognitivo-comportementale.

Contenu 

Définition des concepts liés au trouble de la personnalité dépendante ; évaluation de la dépendance et de son impact fonctionnel selon le modèle TCC : analyse fonctionnelle (facteurs prédisposants, déclenchants et de maintien); élaboration d’un plan d’intervention en individuel et/ou en groupe avec application des stratégies cognitives et comportementales spécifiques à ce trouble ainsi que données probantes sur l’efficacité thérapeutique.

Clientèle visée 

Intervenants dans les milieux de la santé et des services sociaux (ergothérapeutes, travailleurs sociaux, psychologue, infirmières, éducateurs, kinésiologues, etc.) qui travaillent  avec des adolescents et adultes.

Méthode pédagogique 

Présentation PowerPoint, démonstrations cliniques et exercices individuels et de groupe. Les participants seront aussi appelés à présenter des situations vécues dans le cadre de leur pratique individuelle.

Approche cognitivo-comportementale dans le traitement des troubles anxieux

Description 

Évaluation et traitement des troubles anxieux suivants: Agoraphobie, trouble panique, anxiété généralisée, trouble obsessionnel compulsif, phobie sociale et stress post-traumatique autant chez l’adolescent que chez l’adulte.

Objectifs 

Reconnaître les symptômes des divers troubles anxieux pour pouvoir les identifier rapidement en clinique; connaître les modèles conceptuels selon l’approche cognitivo-comportementale des troubles anxieux les plus couramment retrouvés en contexte clinique; apprendre à évaluer les troubles anxieux; apprendre à appliquer les stratégies thérapeutiques selon le modèle cognitivo-comportemental pour chacun des troubles anxieux ci-haut énumérés.

Clientèle visée 

Cliniciens impliqués auprès de cette clientèle (ergothérapeute, infirmière, psychologue, psychopédagogue, …).

Contenu 

Connaître et utiliser les outils d’évaluation pour chacun des troubles anxieux; apprendre à  faire une analyse fonctionnelle; structurer chaque entrevue selon le modèle proposé par la TCC; planifier un plan d’intervention; utiliser les travaux et les exercices à domicile; connaître les données probantes au sujet de l’efficacité des traitements.

Méthode pédagogique

Démonstration à partir de vignettes cliniques et de vidéo ; manuel de procédure pour chaque participant ; mise en situation.

Thérapie cognitivo-comportementale, psychose, schizophrénie : Programme d’intervention individuelle et de groupe multimodal (PIIGM)

Description 

L’approche cognitive offre un regard nouveau sur la compréhension des états psychotiques et propose des modèles de psychothérapie spécifiquement adaptée aux personnes qui en souffrent. Cette formation s’intéresse au « Programme d’intervention individuelle et de groupe multimodal » (PIIGM) qui intègre différents modèles d’intervention existants (Liberman, Chambon, Brenner Schoever, Bellack et autres.), tous reliés à l’approche cognitivo-comportementale.

Objectif : Développer des connaissances et des compétences dans l’évaluation et l’application de stratégies et techniques cognitives et comportementales dans le traitement de la psychose et de la schizophrénie.

Clientèle visée 

Intervenants auprès d’une clientèle souffrant de psychose et de schizophrénie.

Contenu 

Le modèle cognitivo-comportemental de la psychose et de la schizophrénie ; évaluation des hallucinations,des idées délirantes, des symptômes négatifs de la schizophrénie  et des conséquences de la maladie sur le fonctionnement dans la vie  quotidienne, sociale et productive ; utilisation des stratégies cognitives et comportementales telles que les techniques d’apaisement et d’autocontrôle, l’exposition,  l’analyse critique, la remise en cause de l’identité et des intentions des voix, l’évitement comportemental, la remise en cause des croyances, le développement d’idées alternatives et le testing empirique; utilisation les stratégies groupales que sont la  psychoéducation, la gestion des symptômes, le développement de compétences sociales, l’exposition graduée, la restructuration cognitive et la résolution de problèmes.

Méthode pédagogique 

Exposés théoriques, manuel de procédure, illustrations cliniques, vidéos, mises en situation et discussions.

Pour faciliter et soutenir les changements difficiles

Description

Nous sommes des êtres d’habitudes, des bonnes comme des mauvaises.  Pourquoi est-ce si difficile de les changer?  Est-ce que vous réécrivez les mêmes résolutions le 1er janvier de chaque année, pour les abandonner quelques semaines ou quelques mois plus tard?
Si c’est difficile pour nous, ça l’est aussi pour les autres.  Alors comment les aider à changer leurs habitudes?  On a tendance à croire que si on a de bonnes habitudes, c’est parce qu’on a une motivation en béton pour les garder.  De la même façon, quand on échoue à se débarrasser de mauvaises habitudes ou qu’on n’arrive pas à maintenir les nouvelles habitudes qu’on souhaite acquérir, alors on conclue qu’on manque de volonté.

Est-ce vraiment le cas?  Non.  De la même façon, vous venez de convaincre votre client de la nécessité d’un changement.  Il repart plein de motivation.  Après quelques semaines, vous constatez que le changement ne s’est pas maintenu.  Pourquoi?
Il y a en fait, plusieurs éléments à considérer pour que des changements soient réussis.  La motivation est loin d’être le seul enjeu.  Pour qu’un vieux comportement soit abandonné, ou qu’un nouveau comportement soit adopté, il faut que la personne concernée possède ou développe la motivation, mais aussi les habiletés nécessaires.
On a tendance à voir la motivation et les habiletés dans une seule dimension.  En fait, les sources de motivation sont multiples, et il en est de même pour les habiletés.

Objectifs

Découvrir les 6 sources d’influence pour les changement de comportement.
Trouver inspiration dans plusieurs exemples de changements majeurs menés avec succès.
S’habituer à cibler les comportements essentiels au changement souhaité.
Apprendre à développer un plan de changement et à le réviser régulièrement.
Identifier les moments cruciaux où le changement sera difficile à maintenir.
Développer des stratégies pour faire face à ces moments cruciaux.
Mettre en pratiques les nouveaux apprentissages à partir d’un changement personnel et d’un changement souhaité avec un client.

Méthode pédagogique

Exposés théoriques entrecoupés d’exemples pratiques ; travail à partir des exemples des participants.