Dans cette catégorie sont regroupées des formations pouvant intéresser les praticiens oeuvrant dans le champ du secteur social. La « santé » étant globale, il se peut que certaines formations intéressant un intervenant du champ social puissent se retrouver dans les autres catégories.

Introduction à la méditation et visualisation créatrice

DESCRIPTION

Il n’y a pas si longtemps, la méditation  était considérée comme une pratique associée à la religion, à la spiritualité ou réservée aux  personnes issues du
« Nouvel-Âge ».

Aujourd’hui les bienfaits de la méditation sont de plus en plus vérifiés scientifiquement et par le fait même, les résistances  face à cette pratique tombent. Les études montrent que la méditation a des effets physiologiques  et psychologiques et que cela n’a rien à voir avec le fait d’être                            « croyant » ou non : tout le monde peut en récolter les bienfaits. Si bien que de plus en plus de professionnels de la santé proposent la pratique de la méditation.

La visualisation créatrice (ou visualisation mentale) est la technique qui consiste à utiliser les images mentales produites par l’imagination en vue de réaliser certains objectifs. La visualisation créatrice se déroule dans notre cerveau.  La fabrication d’images mentales a pour objectif de nous orienter et non de nous illusionner. La visualisation fait appel au désir de réaliser la scène imaginée et témoigne d’une foi absolue en la possibilité d’atteindre l’objectif.

Il est aujourd’hui, de plus en plus évident que si le corps et l’esprit sont en harmonie, de plus grandes réalisations deviennent possibles.   L’utilisation de techniques ayant pour objectif la maîtrise, la discipline et l’entraînement de l’esprit devient donc essentielle.

OBJECTIFS DE LA FORMATION

A la fin de la session, les participants auront atteint les objectifs suivants:

Sur le plan des habiletés, ils

.auront expérimenté certaines techniques ayant  des effets physiologiques et psychologiques  positifs;

.pourront utiliser ces outils concrets afin de les mettre  en application dans leur vie personnelle et professionnelle.

Sur Ie plan des attitudes, ils

.auront accédé à des états de mieux-être durant la formation.

Sur le plan des connaissances, ils

.auront développé une bonne compréhension de la méditation et de la visualisation créatrice;

.auront compris en quoi ces approches aident à l’efficacité personnelle et professionnelle.

LE CONTENU

Qu’est-ce que la méditation. But et bienfaits de la méditation.

Les difficultés s’opposant à la méditation Les pièges reliés à la méditation

Poser les fondations. Les différentes formes de méditation.

La méditation active au quotidien.

Qu’est-ce que la visualisation créatrice ? Le dialogue intérieur positif. Cinq principes de visualisation créatrice. Règles pour une visualisation créatrice efficace. Les étapes à suivre pour une visualisation créatrice efficace.

Expérimentation de la méditation et de la  visualisation créatrice.

CLIENTÈLE VISÉE :

Cette session s’adresse à tout professionnel désirant mieux utiliser ces approches  tant dans sa vie personnelle que professionnelle.

MÉTHODE PÉDAGOGIQUE

Exercices pratiques individuels entrecoupés d’exposés théoriques.  Une documentation sera remise avec l’atelier.

Gestion du stress, solution personnelle et professionnelle pour un mieux-être

DESCRIPTION

Le stress existe depuis toujours. Il  est une réponse de notre organisme  aux défis ou aux dangers de la vie. Cette réaction  consiste à lutter ou à fuir.                          Soit nous  luttons  s’il le faut, si nous devons faire face à un danger : nous choisissons alors de passer à l’action pour nous protéger,                                                          Ou  nous décidons de fuir la situation si nous percevons  que notre bien-être est menacé :
Le stress est  donc  une force positive et naturelle qui contribue à notre survie. Il est indispensable à la vie.

Cependant, trop de stress nuit au rendement et trop peu engendre l’ennui.  Pour faire face aux différentes facettes de la vie, il devient alors essentiel de connaître les différentes stratégies de gestion du stress et d’expérimenter des  techniques permettant de mieux le gérer

OBJECTIFS DE LA FORMATION

A la fin de la session, les participants auront atteint les objectifs suivants:

Sur le plan des habiletés, ils

.auront expérimenté certaines techniques qui libèrent des effets négatifs du stress;
.pourront utiliser ces outils concrets afin de les mettre  en application dans leur vie personnelle et professionnelle.

Sur le plan des attitudes, ils

.auront accédé à des états de mieux-être durant la formation.

Sur le plan des connaissances, ils

.auront développé une bonne compréhension du stress et de ses effets;
.auront compris en quoi la gestion du stress aide à l’efficacité personnelle et professionnelle;
.auront identifié les sept (7) stratégies de gestion du stress.

LE CONTENU

Qu’est-ce que le stress. Les facteurs de stress. L’individu, appelé aussi le système amortisseur, qui permet de bien gérer les situations de stress. Les réactions révélatrices de stress  qui peuvent se manifester sur les plans physique, émotionnel, mental et/ou par un changement de comportement. Les effets sur la santé physique et/ou mentale de l’individu, ou d’une organisation ou d’une société. Les sept (7) stratégies de gestion du stress. Expérimentation de différentes approches de relaxation.

 CLIENTÈLE VISÉE :

Cette session s’adresse à tout professionnel désirant mieux gérer le stress tant dans sa vie personnelle que professionnelle.

MÉTHODE PÉDAGOGIQUE

Exercices pratiques individuels entrecoupés d’exposés théoriques.  Une documentation sera remise avec l’atelier.

Tisser une forte alliance thérapeutique

Description

Les psychothérapeutes perdent des clients, souvent dans les premières rencontres. Ces clients sont fréquemment ceux qui sont des plus difficiles, ceux qui sont bloqués, difficile à engager ou hostile/obliger de participer dans les rencontres. La majorité des intervenants ont entendus que jusqu’à 75 % de l’efficacité d’une approche thérapeutique quelconque est dû à la relation client/intervenant. Toutefois, la plupart d’eux ont reçu peu ou pas de formation en l’établissement de ce savoir-être cruciale. Ils étaient laissés à leurs propres moyens à trouver la manière de la façonner, avec un succès variable. Les résultats d’une relation mal tissée pourraient que le client décroche de la thérapie et ne reçoit pas le traitement qu’il recherche. Il est aussi possible que l’intervenant vit un sens d’impuissance et/ou incompétence, qui pourrait contribuer à l’épuisement professionnel, une peste actuelle de nos jours. Qu’est-ce qu’on peut faire pour remédier la situation, augmenter la qualité de traitement et la satisfaction des clients et réduire leur décrochage et l’épuisement des intervenants?

 

Objectifs

À la fin de la formation le participant :

  1. Aura une présentation de la recherche soutenant l’importance de la relation thérapeutique dans la réussite de la psychothérapie
  2. Aura une présentation des composantes clés dans une bonne relation thérapeutique
  3. Aura la possibilité d’apprendre et de pratiquer les compétences qui approfondissent la compréhension de l’expérience du client (empathie), une composante clé dans le développement d’une bonne alliance thérapeutique
  4. Aura la possibilité d’apprendre et pratiquer des stratégies utiles avec des clients difficiles (ceux qui ne participent pas dans la thérapie de leur propre volition, qui sont fâchés, silencieux, hostiles, etc.) afin d’offrir à l’intervenante plus d’outils pour travailler avec ce type de client qui pose des défis multiples.

Contenu

  1. Introduction : Présentation de la formatrice, plan de match pour la formation, les objectifs de l’atelier
  2. Activité d’évocation des participants au sujet de l’alliance thérapeutique (qu’est-ce que c’est, comment l’établir, combien de temps prend-il de le faire, etc.)
  3. Définir l’alliance thérapeutique et son rôle dans la réussite de la psychothérapie
  4. Survolde la recherche
  5. Activitésd’évocation des participants de leurs idées à ce sujet
  6. Lesrôles et responsabilités du thérapeute et du client
  7. Activité : discussion sur l’empathie (qu’est-ce que c’est? Qui est le juge si on est/n’est pas empathique? Comment améliorer l’empathie? Est-ce qu’on puisse être empathique envers soi?)
  8. Metta
  9. Qu’est-ce qui vous aide à maintenir votre empathie dans les moments difficiles? Quelles sont vos attitudes/notions préconçues envers vos clients qui vous aident? Qui vous nuit ?
  10. L’esprit de l’EM: Respecte, Compassion, Acceptation, Partenariat, Évocation, Autonomisation
  11. Présentationet définition des outils utilisés en EM (OuVER)
  12. Questionsouvertes
  13. Valorisations
  14. Écouteempathique juste
  15. Résumés
  16. Activités: Pratiquer les outils OuVER  
  17. Questionsà deux
  18. Valorisations et résumés
  19. Commentmontrer votre empathie ?
  20. L’écoute empathique juste
  21. Activitépratique (trios) Comment créer des reflets complexes
  22. Activitépratique (reflets)
  23. Activité de pratique : répondre à la dissension avec de l’empathie
  24. Activitépratique (échange de 3 minutes@/2 tours)
  25. Intégration des habitudes empathiques dans les tâches habituelles (ex. donner de l’information, la cueillette d’information)
  26. Présentation du processus Demander-Partager-Demander
  27. Activité de donner l’information : Demander-Partager-Demander

Méthode

La pédagogie expérientielle sera la méthode privilégiée; l’utilisation des exercices, discussion et rétroaction.

 

 

La « Boîte à Réussites » sur la dyspraxie visuo-spatiale

Description :

La terminologie utilisée depuis quelques années par les professionnels, les parents et la littérature parle parfois de trouble développemental de la coordination (TDC), du trouble d’acquisition de la coordination (TAC) et de dyspraxie. Est-ce tous des synonymes? Pourquoi et comment peut-on donner une spécificité de visuo-spatiale à la dyspraxie? Les globes oculaires ont des muscles comme les autres parties du corps pour les faire bouger et coordonner leurs mouvements oculo-moteurs. L’ergothérapeute doit connaître davantage comment déterminer les difficultés motrices globales et celles des gestes du regard pour bien cibler les interventions à privilégier avec l’enfant ainsi que fournir des recommandations pertinentes pour le milieu scolaire.

Objectifs :

  • Clarifier la terminologie et expliquer la démarche diagnostique de la dyspraxie visuo-spatiale (DVS) ;
  • Comprendre toutes les composantes (moteur, perceptuel et visuel) de la dyspraxie visuo-spatiale et les impacts fonctionnels chez l’enfant (scolaire et dans les autres habitudes de vie)  pour clarifier les forces et les défis de l’enfant ;
  • Devenir outiller avec différentes approches, stratégies, outils et documents pour aider les enfants DVS dans leurs fonctionnements quotidiens en milieu scolaire;
  • Clarifier la participation des différents acteurs auprès de ces enfants afin de favoriser un travail d’équipe et de concertation.

Contenu :

Le participant s’approprie des connaissances, des stratégies et des outils pouvant être intégrer dans sa pratique auprès de l’enfant.  Il pourra utiliser ses connaissances pour développer les compétences de l’enfant DVS afin de le rendre fonctionnel et autonome dans ses différents milieux de vie (familial, scolaire et loisirs).

Clientèle visée :

Ergothérapeutes débutant leur pratique en pédiatrie ou pour ceux avec expériences qui veulent acquérir de nouvelles notions sur divers aspects touchant ce trouble neuro-développemental.

Professionnels et intervenants de l’éducation ou de la pédiatrie.

Méthode pédagogique :

Exposés, discussions de groupe et analyse de vignettes cliniques.

Françoise Lespérance

 

Françoise Lespérance détient un diplôme d’ergothérapie de l‘Université  acquis en 1982 en tant que bachelière. Elle a fait sa carrière d’ergothérapeute dans les centres de réadaptation au Québec auprès de la clientèle pédiatrique ayant diverses déficiences physiques dont près de 20 ans en déficience visuelle. Elle a également été gestionnaire clinique des équipes de réadaptation physique en pédiatrie et en sensorielle pour toute la région de l’Outaouais durant une dizaine d’années. Maintenant, Mme Lespérance utilise son expertise et ses compétences pour partager ses connaissances par des articles de blog disponibles sur son site jouer-et-grandir.com et sous forme de formation.

Enfants complexes, trucs simples: l’intégration sensorielle chez les enfants

Description : Ce n’est pas facile être un enfant, surtout si nos sens nous dérangent au lieu de nous aider. Il est difficile d’être à l’écoute des consignes de l’enseignante avec des amis qui chuchotent en classe, ou s’habiller pour aller jouer dehors quand tous les amis dans le corridor sont dans ma bulle, et il est impossible de rester assis pour la durée complète de cet examen quand je n’ai qu’envi de courir et sauter dehors. Mais quel est la différence entre ces enfants et un enfant qui finit son examen ou qui écoute toutes les consignes même avec la fenêtre de la classe ouverte et des bruits de construction dehors. De plus, quel est ce coussin d’air qu’utilise Johanne quand elle fait sa dictée, ou les coquilles de construction qu’à Victor durant les transitions entre cours, et pourquoi Luke a-t-il le droit d’avoir un toutou avec lui en classe ? Tous ces sujets seront démystifiés lors de cette formation.

Objectifs : Cette formation a comme objectif d’expliquer la base de l’intégration sensorielle ainsi que démontrer aux professionnels travaillant avec des enfants ayant des besoins sensorielles des activités à faire ainsi que du matériel à utiliser pour aider ces enfants.

Contenu : Les sens, l’hyper et l’hypo réactivité, l’intégration sensorielle au quotidien, des trucs pour les enfants, pour les enseignants, ainsi que pour les professionnels travaillant avec ces enfants, matériels sensoriels pour qui et quand, etc.

Clientèle visée : Cette formation s’adresse aux professionnels travaillant avec des enfants intéressée à être introduit à l’intégration sensorielle ainsi qu’avoir certains trucs et stratégies pour aider ces enfants dans leur quotidien (activités de vie quotidienne, devoirs, jeux, etc.).

Méthode pédagogique : Exposés, discussion en groupe, mise en situation, analyses de cas.

 

Utilisation optimale de nos ressources de temps et énergie: stratégies et outils d’organisation

Pourquoi certaines personnes croulent sous la multitudes de tâches alors que d’autres semblent accomplir des choses étonnantes sans montrer de signes de stress?  Leur secret est dans la priorisation des choses importantes et dans l’organisation professionnelle et personnelle.
Cet atelier comporte deux volets:
  • l’organisation mentale: connaître ses priorités, choisir et assumer ses choix, éliminer le superflu, profiter d’une attention/concentration optimale, etc…)
  • l’organisation physique: c’est à dire les outils et moyens technologiques pour aider notre cerveau en surcharge à se retrouver, se rappeler, à cibler ce qu’il doit faire à chaque instant.
Les participants sont invités à faire la formation avec leurs outils d’organisation personnelle (agenda, téléphone intelligent, tablette, ordinateur, etc…) afin d’en bonifier leur utilisation et mettre en application certains apprentissages.

Trouver sa place et renforcer son rôle de thérapeute

Description 

Ce qui fait un bon intervenant, un bon thérapeute débute avec l’attitude et le comportement général. Avant même la première parole, notre corps parle au client et ce dialogue silencieux se poursuit tout au long de la thérapie et l’influence indéniablement. Est-ce que vous dégagez physiquement exactement ce que vous désirez? Par exemple, l’écoute, la compréhension, l’empathie ou encore, la motivation à adhérer au service proposé. Nous allons voir comment nous synchroniser avec le client, comment le ressentir, le « percevoir ». Entre autres, ces transformations simples vont avoir un impact sur notre posture et notre manière d’interagir. Globalement on verra l’émergence du lien de confiance ou son renforcement. Ce qui amène le client à se mobiliser vers l’atteinte de ses objectifs et à s’investir dans la relation thérapeutique.  

Objectif 

Alors comment va-t-on développer l’attitude, le comportement général et le savoir «être»? Favoriser la relation thérapeutique avec différents clients. Comment va-t-on réussir le partenariat? Comment développer sa propre créativité? Comment va-t-on à tour de rôle pouvoir s’exprimer ou diriger? C’est ce que nous allons voir au cours de cette journée faite essentiellement d’expérimentations, notamment en sachant prendre du recul par rapport à son attitude posturale de façon à l’améliorer. Développer son magnétisme personnel. Développer sa propre créativité. 

Contenu 

Un peu de théorie mais surtout beaucoup de petits exercices concrets et révélateurs  

Entretien motivationnel

Description :

Les intervenants et psychothérapeutes, soit en milieu privé ou en milieu publique, rencontrent régulièrement des clients qui font face à un changement qu’ils trouvent difficile à aborder.  L’Entretien motivationnel (EM) est un outil efficace, conçu pour aborder le stade statique de la motivation ou le client est ambivalent face à un changement qu’il souhaite à apporter à sa vie.  Grâce à cette approche de communication basée sur les données probantes et les approches centrées sur la personne, l’intervenant apprend comment explorer l’ambivalence de ses clients et augmentera la chance à arriver à libérer le client de ses réticences à s’engager sur la voie du changement durable.  L’intervenant doit prendre connaissance des diverses façons de répondre à la dissension et les discours de « maintien » et de « changement ».

Nouvel format : deux journées consécutives et une journée la semaine suivante. Pourquoi ?
Parce qu’il y a beaucoup d’information et cette pause vous laisse l’opportunité de pratiquer et perfectionner vos connaissances.  Le retour se fait dans la dynamique et le renforcement des échanges.

Objectifs

  1. Explorer l’Entretien Motivationnel (EM) avec ses quatre processus (engagement, focalisation, évocation et planification), dans le cadre de son esprit (partenariat, acceptation, compassion, évocation), le tout sur l’échafaudage de l’empathie et de l’autonomie du client.
  2. Avoir une meilleure compréhension de comment établir la relation empathique avec son client.
  3. Avoir l’opportunité de pratiquer l’utilisation des micro-compétences (les questions ouvertes; les valorisations; l’écoute empathique juste; les résumés) et la façon de donner l’information (Demander-Partager-Demander), le tout dans une façon adhérant à l’EM.
  4. Donner un goût aux participants d’en savoir plus sur l’EM.

Clientèle :

Visée aux intervenants / psychothérapeutes, ayant une clientèle en changement, qui aimerait mieux connaître l’approche l’Entretien motivationnel. L’EM est efficace et soutenu par la recherche afin de mieux aider leurs clients et en même temps réduire le poids de responsabilité pour les résultats de ces mêmes. De niveau débutant, cette formation en entretien motivationnel s’adresse à tout intervenant qui recherche à ajouter une corde à leur arc thérapeutique.

Contenu :

  1. Introduction : Engagement
    1. Les objectifs de l’atelier
    2. Définir l’Entretien motivationnel (Miller & Rollnick, 2013, p. 29)
  2. Les composantes de l’EM (Miller & Rollnick, 2013)
    1. L’esprit (Partenariat, Acceptation, Compassion, Évocation)
  1. Empathie (Moyers et al., 2005; Moyers & Miller, 2014)
  2. Autonomie (Déci & Ryan, 1985)
    1. Les processus/la structure d’une intervention en EM (Miller & Rollnick, 2013)
  1. Engagement
  2. Focalisation

iii.      Évocation de la personne concernée (de son vécu, ses forces, ses valeurs, ses croyances, ses propositions de solutions)

  1. Planification
    1. Les microcompétences de l’EM et comment on les applique en EM
  1. Questions ouvertes
  2. Valorisations

iii.      Écoute empathique juste

  1. Résumés
  1. Évolution de changement (Amrhein, P.C., et al, 2003)
    1. Langage de client ambivalent
  1. Dissension/discours de maintien
  2. Discours de changement (DC)
    1. Langage de l’intervenant (Moyers & Martin, 2006; Moyers et al., 2007)
  1. Comment guider vers le changement
  1. Focalisation (Miller & Rollnick, 2013)
    1. Parti pris ou équipoise?
  1. Mission/mandat claire de l’intervenant (parti pris)
  2. Aucune mission/mandat claire (équipoise—exploration équitable des deux côtés jusqu’au client prend son choix éclairé)
    1. Comment diriger la conversation?
  1. Un sujet clair
  2. Plusieurs sujets

iii.      Aucun sujet clair

    1. Les outils
  1. Napperon de Rollnick (Gobat et al., 2015)
  2. Balance décisionnelle modifiée (Britt et al., 2018)
    1. Donner de l’information dans une façon adhérent à l’EM (Miller & Rollnick, 2013)
  1. Demander-Partager-Demander
  1. Évocation : allant vers le devant (Miller & Rollnick, 2013)
    1. Évoquer le vécu, la motivation, les réussites, les forces, les valeurs, les croyances et le discours de changement du client
  1. Les échelles d’importance, confiance et énergie/ressources
    1. Évoquer les solutions du client
  1. Offrez un menu d’options si le client n’a pas d’idées soi-même et le laisser choisir
  1. Défis des clients difficiles, quoi faire?
    1. Les gens obligés de voir l’intervenant (par la cour, les proches)
    2. Les gens qui se méfie
    3. Les gens qui ne parlent pas (ou peu)/qui parle trop
  2. Planification
    1. Entretien afin de construire un plan de changement

 

Méthode ou stratégique pédagogique : La pédagogie expérientielle sera la méthode privilégié.

Collaboration interprofessionnelle et qualité de vie au travail: pour bonifier les compétences de chacun

Description: 

La collaboration interprofessionnelle est un outil efficace pour résoudre des problèmes complexes tout en permettant de partager les rôles et responsabilités de chacun. Cela engendre des effets positifs directement sur la qualité des services à la clientèle et sur la qualité de vie au travail. Pour y arriver, les professionnelles de la santé et des services sociaux doivent développer de multiples compétences autant dans leur champ d’exercice spécifique que dans le champ des relations interpersonnelles. Cette formation permettra d’élargir la vision de nos rôles respectifs et communs et de mettre l’emphase sur le plus-value propre à nos champs d’exercices. Il abordera les fameuses zones grises qui s’avèrent des lieux privilégiés d’échanges constructifs.  Ceci favorisant la mise en place de plan d’intervention centrées sur les besoins du client. De plus, une panoplie de stratégies et d’outils pour améliorer notre organisation et trouver des solutions au quotidien y seront présentées.

OBJECTIFS : Approfondir les connaissances sur les compétences et les champs d’exercices des professionnels de la santé et des services sociaux

Améliorer la compréhension du rôle de chacun et se donner des outils pour optimiser le travail d’équipe lors de chevauchement des activités professionnelles

Comprendre les éléments facilitateurs et les obstacles à la collaboration interprofessionnelle

Améliorer la qualité des échanges entre les membres de l’équipe et le plaisir de relever des défis complexes.

Mieux s’outiller afin de garder un équilibre entre la qualité et la quantité de travail

MATÉRIEL DIDACTIQUE: Présentation visuelle : diaporama, Réflexion en sous-groupe autour D’histoires de cas et échange en plénière, Outil aide-mémoire de stratégies pour mieux travailler en équipe

 

Ghislaine Bélair, ergothérapeute a complété sa maîtrise sur le rôle des activités de loisir dans la réadaptation des personnes âgées. Depuis 1987, elle exerce sa profession sur tout le continuum du réseau de la santé : hébergement, centre de jour, hôpital, centre de réadaptation, CLSC. Tout au long de son cheminement professionnel, elle a expérimenté différents rôles dans le domaine de la clinique, de la recherche tout comme gestionnaire de projet et formatrice. Actuellement, la collaboration interprofessionnelle, l’approche auprès des aînés ainsi que la promotion d’une vie active et équilibrée sont au cœur de ses intérêts.