Formation en webinaire

Web-Symptômes Comportementaux et Psychologiques de la Démence (SCPD) : Le rôle de l’ergothérapeute

Description de la formation : Les troubles neurocognitifs sont accompagnés de symptômes comportementaux et psychologiques de la démence sous l’acronyme SCPD dans une proportion de 40 à 60%. Considérant la prévalence des SCPD chez les personnes âgées atteintes de démence, ainsi que les conséquences, la gestion des SCPD est une priorité actuelle. Plusieurs écrits confirment la contribution de l’ergothérapeute lors de la gestion des SCPD en interdisciplinarité. L’ergothérapeute peut, de par son expertise, évaluer les capacités de la personne, les exigences de la tâche et l’influence de l’environnement. Suite à l’analyse de l’interaction de ces trois éléments, il peut mettre en place diverses interventions non-pharmacologiques. Cette formation vise à outiller les ergothérapeutes à contribuer à la gestion des SCPD.

Objectifs de la formation : Définir les SCPD et les impacts; Choisir et appliquer un modèle théorique pour expliquer l’apparition d’un SCPD d’un SCPD; Identifier et se familiariser avec des outils d’évaluations spécifiques à l’ergothérapeute pour cette problématique; Élaborer un plan d’intervention pour une personne présentant un SCPD en utilisant des moyens d’interventions intégrant les résultats probants; Discuter de la tenue de dossier relative au processus ergothérapique.

Clientèle visée : Ergothérapeutes œuvrant auprès d’une clientèle âgée ou présentant des symptômes comportementaux et psychologiques de la démence.

Contenu : Exposé théorique, vignette clinique, expérimentation d’outils d’évaluation, présentation du répertoire d’interventions efficaces, plénière.

 

Plan : Définition des concepts théoriques relatifs au SCPD; Introduction de quatre modèles théoriques expliquant l’apparition des SCPD; Outils d’évaluation; Moyens d’intervention intégrant les résultats probants; tenue de dossier.

 

Horaire :

Sujet abordé

 

Méthode d’enseignement Durée prévue
Mot de bienvenue

Présentation des participants

Présentation du déroulement de la journée

Présentation

Énumération des attentes

9H00 à 9h30
Définition des concepts théoriques

Modèles théoriques

Exposé théorique

Power point

9H30 à 10h15
Application d’un modèle Vignette clinique en sous-groupe 10h15 à 10h30
Pause Santé

10h30 à 10h45

Retour sur l’exercice Plénière 10h45 à 11h15
Outils d’évaluation Exposé théorique

Power point

Consultation d’outils

11h 15 à 12h00
Diner

12h00 à 13h30

Moyens d’intervention Vignette clinique en sous-groupe suivi d’exposés théoriques 13h30 à 14h45
Pause Santé

14h45 à 15h00

Niveau d’évidence scientifique Tableau comparatif du répertoire d’interventions 15h00 à 15h15
Plan d’intervention et tenue de dossier Atelier pratique en sous-groupe et plénière 15h15 à 15h45
Retour sur la journée Résumé

Commentaires

Évaluation de la formation

15h45 à 16h00

 

 

WEB-Approche cognitivo-comportementale dans le traitement et la réadaptation de la psychose et la schizophrénie.

DESCRIPTION DE L’ACTIVITÉ :

Présentation des caractéristiques associées à la psychose et la schizophrénie ainsi que leurs conséquences  sur le fonctionnement social, les relations interpersonnelles, les habitudes de vie et les activités productives.
Présentation des modèles d’intervention d’approche comportementale et cognitive pour la psychose, pour les symptômes négatifs de la schizophrénie et pour de la comorbidité associée. Élaboration de plans d’intervention individualisés selon les caractéristiques et problématiques propres de chaque client et de ses proches.

OBJECTIFS D’APPRENTISSAGE :

  • Connaître et comprendre les trois composantes de la schizophrénie : les symptômes psychotiques, les symptômes négatifs et les troubles cognitifs ainsi que la comorbidité associée à ce trouble.
  • Connaître les différentes étapes du développement de la schizophrénie et de même que du rétablissement qui, suite aux traitements, se caractérise par accompagnent la rémission partielle ou complète (partielle ou complète) des symptômes avec les suite aux traitements.
  • Connaître l’impact de la schizophrénie sur les activités de la vie quotidienne et productive ainsi que sur les relations interpersonnelles et les compétences sociales.
    • Apprendre à évaluer (analyse fonctionnelle) les hallucinations, les idées délirantes, l’anhédonie, l’émoussement affectif, l’avolition, l’alogie, l’asocialité, les compétences sociales, etc., selon l’approche cognitivo-comportementale, de même qu’à évaluer les facteurs intrinsèques et environnementaux.
    • Apprendre à utiliser les techniques d’intervention cognitives et comportementales (TCC) démontrées efficace pour les hallucinations, les idées délirantes, l’anhédonie, l’émoussement affectif, l’avolition, l’alogie, l’asocialité, les compétences sociales, etc.
    • Apprendre à planifier un programme d’intervention en individuel et de groupe selon le niveau fonctionnel du ou des participants.
    • Apprendre à utiliser les ressources communautaires et à intervenir auprès de la famille et des proches de la personne schizophrène.
    • Connaitre l’efficacité attendue de la TCC selon les données probantes et les bonnes  pratiques employées par les experts dans ce domaine.

PRÉREQUIS :

Intervenants œuvrant en santé mentale auprès d’une clientèle qui souffre de psychose et de schizophrénie.  Connaissances théoriques de base en approche cognitivo-comportementale  sont  recommandées mais non obligatoires.

Description du matériel didactique

  • Exposés magistraux avec support PowerPoint et accompagnés de nombreux exemples cliniques.
  • Manuel de procédure pour le programme d’intervention de groupe.
  • Analyses de vignettes cliniques enregistrées sur vidéo.
  • Exercices en petit groupe.

Modalités d’évaluation

  • Quelques outils d’évaluations seront distribués aux participants.

 

Web-Collaboration interprofessionnelle et qualité de vie au travail : pour bonifier les compétences de chacun

Cette formation est retirée temporairement, une date sera fixée en automne 2021

DESCRIPTION : La collaboration interprofessionnelle est un outil efficace pour résoudre des problèmes complexes tout en permettant de partager les rôles et responsabilités de chacun. Cela engendre des effets positifs directement sur la qualité des services à la clientèle et sur la qualité de vie au travail. Pour y arriver, les professionnelles de la santé et des services sociaux doivent développer de multiples compétences autant dans leur champ d’exercice spécifique que dans le champ des relations interpersonnelles. Cette formation permettra d’élargir la vision de nos rôles respectifs et communs et de mettre l’emphase sur le plus-value propre à nos champs d’exercices. Il abordera les fameuses zones grises qui s’avèrent des lieux privilégiés d’échanges constructifs.  Ceci favorisant la mise en place de plan d’intervention centrées sur les besoins du client. De plus, une panoplie de stratégies et d’outils pour améliorer notre organisation et trouver des solutions au quotidien y seront présentées.

OBJECTIFS D’APPRENTISSAGE :

Approfondir les connaissances sur les compétences et les champs d’exercices des professionnels de la santé et des services sociaux

Améliorer la compréhension du rôle de chacun et se donner des outils pour optimiser le travail d’équipe lors de chevauchement des activités professionnelles

Comprendre les éléments facilitateurs et les obstacles à la collaboration interprofessionnelle

Améliorer la qualité des échanges entre les membres de l’équipe et le plaisir de relever des défis complexes.

Mieux s’outiller afin de garder un équilibre entre la qualité et la quantité de travail

PLAN DE COURS

Collaboration interprofessionnelle

  • Définitions des concepts et des compétences professionnelles
  • Approche patient partenaire et prise de décision
  • Spécificités des rôles et travail d’équipe
  • Outils cliniques interprofessionnels

Qualité de vie au travail

  • Leadership et communication
  • Facilitateurs et obstacles à la collaboration interprofessionnelle
  • Outils d’organisation professionnelle et équilibre

Démarche réflexive à partir d’histoires de cas
Retour en plénière
Autoévaluation des apprentissages des participants
Évaluation de la satisfaction des participants à la formation

DESCRIPTION DU MATÉRIEL DIDACTIQUE

  • Présentation visuelle : diaporama
  • Réflexion en sous-groupe autour D’histoires de cas et échange en plénière
  • Outil aide-mémoire de stratégies pour mieux travailler en équipe

Web-La « Boîte à Réussites » sur la dyspraxie visuo-spatiale: les interventions en ergothérapie (2e partie)

Description

Dans cette deuxième partie de la formation « La Boîte à Réussites » sur la dyspraxie visuo-spatiale, l’emphase est mise sur les interventions à privilégier auprès d’un enfant DVS à partir d’approches utilisées en ergothérapie.

Les différentes occupations et le rendement de l’enfant sont abordés en tenant compte des concepts du PPH (Processus de production du handicap), du MCRO (Mesure canadienne du rendement occupationnel), de l’approche CO-OP (Cognitive Orientation to daily Occupationnel Performance) et d’éléments de certaines approches Bottom-up.

La formation donne des pistes pour clarifier comment intervenir avec les composantes oculomotrices, visuo-spatiales et motrices lors des actions, tâches et occupations du quotidien et ce, dans les différents environnements de vie de l’enfant DVS.

Objectifs

  • Comprendre et clarifier la nomenclature du PPH, du MCRO et de l’approche CO-OP pour intervenir auprès d’un enfant DVS;
  • Comprendre comment les composantes visuo-spatiales interfèrent lors des occupations de l’enfant et comment aider l’enfant à améliorer son rendement.
  • Découvrir des outils pouvant être utilisé lors de l’élaboration du plan d’intervention de l’enfant et lors du suivi régulier en ergothérapie.
  • Se familiariser avec diverses modalités disponibles sur le marché pour aider l’enfant dans ses actions et tâches en milieu scolaire.

Contenu

Le participant reçoit un document de référence. Il s’approprie des connaissances, stratégies et des outils pouvant être intégrer dans sa pratique professionnelle auprès des enfants.

Diverses mises en situation aident le participant à la compréhension du défi de l’enfant DVS qui veut améliorer son rendement fonctionnel dans ses différentes occupations quotidiennes.

Clientèle visée

Ergothérapeutes ayant une pratique en pédiatrie et desservant une clientèle avec différents troubles neurodéveloppementaux.

Méthode pédagogique

Exposés, discussions, analyse de vignettes cliniques.

Web-Anxiété, dépression, personnalité limite, combinés à un trouble du comportement alimentaire ; enjeux et pistes de solution en ergothérapie

Description : L’anxiété, la dépression et le trouble de personnalité limite partage tous une comorbidité avec les troubles du comportements alimentaire (TCA) (APA, 2013). Des études démontrent que les personnes qui vivent des difficultés liées aux TCA vont consulter pour des symptômes autres que ceux typiquement associés au TCA (Vanson, 2012). Résultats, les ergothérapeutes travaillant avec une clientèle en trouble de l’humeur ou de la personnalité doivent relever le défi d’intervenir aussi sur des difficultés liées aux TCA avec leurs clients. Des ergothérapeutes en première ligne et en services de réadaptation font parfois aussi face à de tels défis.

Objectifs : Cette formation vise à démystifier les TCA et leur relation à d’autres défis de santé mentale et parfois physique de même qu’à à mieux comprendre leurs impacts fonctionnels. La formation vise aussi à outiller les ergothérapeutes dans leurs interventions auprès de personnes présentant des signes de TCA.

Contenu : Les recommandations d’interventions issues des données probantes seront discutées et mises en lien avec les compétences de l’ergothérapeute. Des discussions et réflexions sur les différentes approches d’intervention (psychodynamique, centrée sur la personne, axée sur l’occupation et sa signifiance) guideront les activités pédagogiques.

Clientèle-cible : Cette formation s’adresse aux ergothérapeutes qui pratique en santé physique et mentale et auprès de clientèle mixtes d’adultes et d’adolescents que ce soit en services de réadaptation, en première ligne ou en communauté.

Méthodes pédagogiques : Exposés, discussion de groupes, vignettes cliniques.

Web-Introduction à la méditation et visualisation créatrice

DESCRIPTION

Il n’y a pas si longtemps, la méditation  était considérée comme une pratique associée à la religion, à la spiritualité ou réservée aux  personnes issues du
« Nouvel-Âge ».

Aujourd’hui les bienfaits de la méditation sont de plus en plus vérifiés scientifiquement et par le fait même, les résistances  face à cette pratique tombent. Les études montrent que la méditation a des effets physiologiques  et psychologiques et que cela n’a rien à voir avec le fait d’être                            « croyant » ou non : tout le monde peut en récolter les bienfaits. Si bien que de plus en plus de professionnels de la santé proposent la pratique de la méditation.

La visualisation créatrice (ou visualisation mentale) est la technique qui consiste à utiliser les images mentales produites par l’imagination en vue de réaliser certains objectifs. La visualisation créatrice se déroule dans notre cerveau.  La fabrication d’images mentales a pour objectif de nous orienter et non de nous illusionner. La visualisation fait appel au désir de réaliser la scène imaginée et témoigne d’une foi absolue en la possibilité d’atteindre l’objectif.

Il est aujourd’hui, de plus en plus évident que si le corps et l’esprit sont en harmonie, de plus grandes réalisations deviennent possibles.   L’utilisation de techniques ayant pour objectif la maîtrise, la discipline et l’entraînement de l’esprit devient donc essentielle.

OBJECTIFS DE LA FORMATION

A la fin de la session, les participants auront atteint les objectifs suivants:

Sur le plan des habiletés, ils

.auront expérimenté certaines techniques ayant  des effets physiologiques et psychologiques  positifs;

.pourront utiliser ces outils concrets afin de les mettre  en application dans leur vie personnelle et professionnelle.

Sur Ie plan des attitudes, ils

.auront accédé à des états de mieux-être durant la formation.

Sur le plan des connaissances, ils

.auront développé une bonne compréhension de la méditation et de la visualisation créatrice;

.auront compris en quoi ces approches aident à l’efficacité personnelle et professionnelle.

LE CONTENU

Qu’est-ce que la méditation. But et bienfaits de la méditation.

Les difficultés s’opposant à la méditation Les pièges reliés à la méditation

Poser les fondations. Les différentes formes de méditation.

La méditation active au quotidien.

Qu’est-ce que la visualisation créatrice ? Le dialogue intérieur positif. Cinq principes de visualisation créatrice. Règles pour une visualisation créatrice efficace. Les étapes à suivre pour une visualisation créatrice efficace.

Expérimentation de la méditation et de la  visualisation créatrice.

CLIENTÈLE VISÉE :

Cette session s’adresse à tout professionnel désirant mieux utiliser ces approches  tant dans sa vie personnelle que professionnelle.

MÉTHODE PÉDAGOGIQUE

Exercices pratiques individuels entrecoupés d’exposés théoriques.  Une documentation sera remise avec l’atelier.

Web-Gestion du stress, solution personnelle et professionnelle pour un mieux-être

DESCRIPTION

Le stress existe depuis toujours. Il  est une réponse de notre organisme  aux défis ou aux dangers de la vie. Cette réaction  consiste à lutter ou à fuir.                          Soit nous  luttons  s’il le faut, si nous devons faire face à un danger : nous choisissons alors de passer à l’action pour nous protéger,                                                          Ou  nous décidons de fuir la situation si nous percevons  que notre bien-être est menacé :
Le stress est  donc  une force positive et naturelle qui contribue à notre survie. Il est indispensable à la vie.

Cependant, trop de stress nuit au rendement et trop peu engendre l’ennui.  Pour faire face aux différentes facettes de la vie, il devient alors essentiel de connaître les différentes stratégies de gestion du stress et d’expérimenter des  techniques permettant de mieux le gérer

OBJECTIFS DE LA FORMATION

A la fin de la session, les participants auront atteint les objectifs suivants:

Sur le plan des habiletés, ils

.auront expérimenté certaines techniques qui libèrent des effets négatifs du stress;
.pourront utiliser ces outils concrets afin de les mettre  en application dans leur vie personnelle et professionnelle.

Sur le plan des attitudes, ils

.auront accédé à des états de mieux-être durant la formation.

Sur le plan des connaissances, ils

.auront développé une bonne compréhension du stress et de ses effets;
.auront compris en quoi la gestion du stress aide à l’efficacité personnelle et professionnelle;
.auront identifié les sept (7) stratégies de gestion du stress.

LE CONTENU

Qu’est-ce que le stress. Les facteurs de stress. L’individu, appelé aussi le système amortisseur, qui permet de bien gérer les situations de stress. Les réactions révélatrices de stress  qui peuvent se manifester sur les plans physique, émotionnel, mental et/ou par un changement de comportement. Les effets sur la santé physique et/ou mentale de l’individu, ou d’une organisation ou d’une société. Les sept (7) stratégies de gestion du stress. Expérimentation de différentes approches de relaxation.

 CLIENTÈLE VISÉE :

Cette session s’adresse à tout professionnel désirant mieux gérer le stress tant dans sa vie personnelle que professionnelle.

MÉTHODE PÉDAGOGIQUE

Exercices pratiques individuels entrecoupés d’exposés théoriques.  Une documentation sera remise avec l’atelier.

Web-La « Boîte à Réussites » sur la dyspraxie visuo-spatiale (1 ère partie)

Description :

La terminologie utilisée depuis quelques années par les professionnels, les parents et la littérature parle parfois de trouble développemental de la coordination (TDC), du trouble d’acquisition de la coordination (TAC) et de dyspraxie. Est-ce tous des synonymes? Pourquoi et comment peut-on donner une spécificité de visuo-spatiale à la dyspraxie? Les globes oculaires ont des muscles comme les autres parties du corps pour les faire bouger et coordonner leurs mouvements oculo-moteurs. L’ergothérapeute doit connaître davantage comment déterminer les difficultés motrices globales et celles des gestes du regard pour bien cibler les interventions à privilégier avec l’enfant ainsi que fournir des recommandations pertinentes pour le milieu scolaire.

Objectifs :

  • Clarifier la terminologie et expliquer la démarche diagnostique de la dyspraxie visuo-spatiale (DVS) ;
  • Comprendre toutes les composantes (moteur, perceptuel et visuel) de la dyspraxie visuo-spatiale et les impacts fonctionnels chez l’enfant (scolaire et dans les autres habitudes de vie)  pour clarifier les forces et les défis de l’enfant ;
  • Devenir outiller avec différentes approches, stratégies, outils et documents pour aider les enfants DVS dans leurs fonctionnements quotidiens en milieu scolaire;
  • Clarifier la participation des différents acteurs auprès de ces enfants afin de favoriser un travail d’équipe et de concertation.

Contenu :

Le participant s’approprie des connaissances, des stratégies et des outils pouvant être intégrer dans sa pratique auprès de l’enfant.  Il pourra utiliser ses connaissances pour développer les compétences de l’enfant DVS afin de le rendre fonctionnel et autonome dans ses différents milieux de vie (familial, scolaire et loisirs).

Clientèle visée :

Ergothérapeutes débutant leur pratique en pédiatrie ou pour ceux avec expériences qui veulent acquérir de nouvelles notions sur divers aspects touchant ce trouble neuro-développemental.

Professionnels et intervenants de l’éducation ou de la pédiatrie.

Méthode pédagogique :

Exposés, discussions de groupe et analyse de vignettes cliniques.

Web-Enfants complexes, trucs simples: l’intégration sensorielle chez les enfants

Description : Ce n’est pas facile être un enfant, surtout si nos sens nous dérangent au lieu de nous aider. Il est difficile d’être à l’écoute des consignes de l’enseignante avec des amis qui chuchotent en classe, ou s’habiller pour aller jouer dehors quand tous les amis dans le corridor sont dans ma bulle, et il est impossible de rester assis pour la durée complète de cet examen quand je n’ai qu’envi de courir et sauter dehors. Mais quel est la différence entre ces enfants et un enfant qui finit son examen ou qui écoute toutes les consignes même avec la fenêtre de la classe ouverte et des bruits de construction dehors. De plus, quel est ce coussin d’air qu’utilise Johanne quand elle fait sa dictée, ou les coquilles de construction qu’à Victor durant les transitions entre cours, et pourquoi Luke a-t-il le droit d’avoir un toutou avec lui en classe ? Tous ces sujets seront démystifiés lors de cette formation.

Objectifs : Cette formation a comme objectif d’expliquer la base de l’intégration sensorielle ainsi que démontrer aux professionnels travaillant avec des enfants ayant des besoins sensorielles des activités à faire ainsi que du matériel à utiliser pour aider ces enfants.

Contenu : Les sens, l’hyper et l’hypo réactivité, l’intégration sensorielle au quotidien, des trucs pour les enfants, pour les enseignants, ainsi que pour les professionnels travaillant avec ces enfants, matériels sensoriels pour qui et quand, etc.

Clientèle visée : Cette formation s’adresse aux professionnels travaillant avec des enfants intéressée à être introduit à l’intégration sensorielle ainsi qu’avoir certains trucs et stratégies pour aider ces enfants dans leur quotidien (activités de vie quotidienne, devoirs, jeux, etc.).

Méthode pédagogique : Exposés, discussion en groupe, mise en situation, analyses de cas.

 

Web-Les principes fonctionnels de l’activité de manutention: prévention et réadaptation

Description

 L’IRSST définit la manutention comme « le transport ou le soutien d’une charge qui nécessite un effort physique d’une ou de plusieurs personnes. Cet effort peut être fourni pour lever, poser, pousser, tirer, porter ou déplacer la charge. » Que ce soit un bureau, dans une usine ou dans un grand magasin grande surface, la manutention de charge fait partie du quotidien de nombreux travailleurs.

Que faire pour combattre les contraintes liées aux tâches de manutention manuelle ? Y a-t-il des moyens de prévenir le développement de TMS lors de la manutention ? Que faire pour aider le processus de réadaptation d’un travailleur qui devra effectuer de la manutention ? Quelles sont les mythes et les réalités d’une formation à la manutention ?

Objectifs 

Comprendre les différents composants d’un environnement de travail comprenant de la manutention (aménagement physique, outils, facteurs organisationnels, etc).

  • Identifier, à l’aide de l’analyse de l’activité de travail, les facteurs de risques de développement de troubles musculo-squelettiques et les déterminants qui peuvent influencer ces risques.
  • Définir les principes de prévention en santé sécurité pour réduire les facteurs de risques en agissant sur les bons déterminants.
  • Établir un plan de réadaptation, d’entraînement et de formation comprenant la réalité de travail d’un client devant faire de la manutention manuelle.
  • Discuter des adaptations possibles pour diminuer les contraintes.
  • Faire la lumière sur les mythes et réalités de la manutention manuelle.

Clientèle visée 

Tous les professionnels qui travaillent auprès d’une clientèle présentant des TMS, notamment ceux désirant s’impliquer dans des mandats concernant le travail de manutentionnaire.

Méthode pédagogique

Exposés théoriques et discussion interactive. Présentation d’une approche participative d’évaluation d’un poste de travail qui intègre une vision holistique du client en activité. Considérations afin d’obtenir une perspective du fonctionnement des utilisateurs dans leur travail et leur interaction avec les composantes d’un travail en manutention manuelle Pistes concrètes d’intervention et expérimentation de moyens afin de diminuer les risques des situations de travail et d’utilisation