Les enfants et les écrans : le point de vue de l’ergothérapeute

Description
La place de la technologie grandit de plus en plus dans notre vie. On utilise nos appareils intelligents pour faire des appels, prendre des photos, faire des petits vidéos, trouver son chemin, faire une réservation, lire les nouvelles, connaître la température, se réveiller le matin, comme calculatrice, et la liste continue… Nos enfants ont accès à toute cette réalité et les plateformes se multiplient sans cesse: Facebook, Twitter, TikTok, Instagram, YouTube, etc. Il existe aussi de plus en plus de jeux vidéos, et ce, pour des enfants de plus en plus jeunes. Bien que le monde technologique évolue, le développement de l’enfant ne change pas. Comment peut-on y voir clair dans cette nouvelle réalité? Y a t’il des contre-indications, des balises selon l’âge, des recommandations en lien avec l’utilisation de la technologie chez les enfants? De plus, il est facile d’intégrer la technologie dans leur vie, mais dans le cas qu’elle y est excessive, y a t’il des trucs pour réduire le temps des écrans? Et par quoi peut-on le remplacer?
Objectifs
Cette formation a comme objectif de vous présenter les impacts de la technologie (télévision, jeux-vidéos, ordinateur) sur les différentes sphères du développement de l’enfant. Vous allez également recevoir des trucs concrets sur comment réduire le temps d’écran dans la vie des enfants, ainsi que ce avec quoi remplacer ce nouveau temps libre selon le niveau d’âge.
Contenu
Les lignes directives et les données statistiques de l’usage de la technologie chez nos enfants, les impacts positifs et négatifs sur les différentes sphères du développement, ce avec quoi remplacer le temps d’écran et pourquoi, ainsi que comment faire la transition.
Clientèle visée
Cette formation s’adresse aux parents, professeurs et tout professionnel de la santé travaille avec des enfants qui souhaitent s’informer et s’outiller dans le domaine de la réalité des écrans et des enfants.
Méthode pédagogique
Exposé, discussion, mise en situation, analyses de cas.

La « Boîte à Réussites » sur la dyspraxie visuo-spatiale: les interventions en ergothérapie (2e partie)

Description

Dans cette deuxième partie de la formation « La Boîte à Réussites » sur la dyspraxie visuo-spatiale, l’emphase est mise sur les interventions à privilégier auprès d’un enfant DVS à partir d’approches utilisées en ergothérapie.

Les différentes occupations et le rendement de l’enfant sont abordés en tenant compte des concepts du PPH (Processus de production du handicap), du MCRO (Mesure canadienne du rendement occupationnel), de l’approche CO-OP (Cognitive Orientation to daily Occupationnel Performance) et d’éléments de certaines approches Bottom-up.

La formation donne des pistes pour clarifier comment intervenir avec les composantes oculomotrices, visuo-spatiales et motrices lors des actions, tâches et occupations du quotidien et ce, dans les différents environnements de vie de l’enfant DVS.

Objectifs

  • Comprendre et clarifier la nomenclature du PPH, du MCRO et de l’approche CO-OP pour intervenir auprès d’un enfant DVS;
  • Comprendre comment les composantes visuo-spatiales interfèrent lors des occupations de l’enfant et comment aider l’enfant à améliorer son rendement.
  • Découvrir des outils pouvant être utilisé lors de l’élaboration du plan d’intervention de l’enfant et lors du suivi régulier en ergothérapie.
  • Se familiariser avec diverses modalités disponibles sur le marché pour aider l’enfant dans ses actions et tâches en milieu scolaire.

Contenu

Le participant reçoit un document de référence. Il s’approprie des connaissances, stratégies et des outils pouvant être intégrer dans sa pratique professionnelle auprès des enfants.

Diverses mises en situation aident le participant à la compréhension du défi de l’enfant DVS qui veut améliorer son rendement fonctionnel dans ses différentes occupations quotidiennes.

Clientèle visée

Ergothérapeutes ayant une pratique en pédiatrie et desservant une clientèle avec différents troubles neurodéveloppementaux.

Méthode pédagogique

Exposés, discussions, analyse de vignettes cliniques.

Andréia R. Malisia

 Andréia R. Malisia est une gradué de l’Université de McGill avec un baccalauréat en ergothérapie. Elle a ensuite entamé une maitrise en science de la réhabilitation en 2009. Depuis le début de sa pratique en 2007 elle travaille auprès des enfants en utilisant la méthode d’intégration sensorielle. À travers les années, elle suivit plusieurs formations, agrandissant son répertoire avec des approches telles la méthode de réorganisation neurofonctionnelle Padovan niveau I à V, l’intégration des réflexes Masgutova ainsi que la méthode des mouvements rythmés BRMT. Elle travaille en offrant des services en clinique, en faisant des contrats scolaire, ainsi que des évaluations et traitements à domicile. Elle a été invitée à donner plusieurs présentations sur l’intégration sensorielle, l’hippothérapie ainsi que les jeux dans le contexte thérapeutique à l’Université de Concordia et McGill pour les étudiants en éducation, en infirmerie et en ergothérapie.

La « Boîte à Réussites » sur la dyspraxie visuo-spatiale (1 ère partie)

Description :

La terminologie utilisée depuis quelques années par les professionnels, les parents et la littérature parle parfois de trouble développemental de la coordination (TDC), du trouble d’acquisition de la coordination (TAC) et de dyspraxie. Est-ce tous des synonymes? Pourquoi et comment peut-on donner une spécificité de visuo-spatiale à la dyspraxie? Les globes oculaires ont des muscles comme les autres parties du corps pour les faire bouger et coordonner leurs mouvements oculo-moteurs. L’ergothérapeute doit connaître davantage comment déterminer les difficultés motrices globales et celles des gestes du regard pour bien cibler les interventions à privilégier avec l’enfant ainsi que fournir des recommandations pertinentes pour le milieu scolaire.

Objectifs :

  • Clarifier la terminologie et expliquer la démarche diagnostique de la dyspraxie visuo-spatiale (DVS) ;
  • Comprendre toutes les composantes (moteur, perceptuel et visuel) de la dyspraxie visuo-spatiale et les impacts fonctionnels chez l’enfant (scolaire et dans les autres habitudes de vie)  pour clarifier les forces et les défis de l’enfant ;
  • Devenir outiller avec différentes approches, stratégies, outils et documents pour aider les enfants DVS dans leurs fonctionnements quotidiens en milieu scolaire;
  • Clarifier la participation des différents acteurs auprès de ces enfants afin de favoriser un travail d’équipe et de concertation.

Contenu :

Le participant s’approprie des connaissances, des stratégies et des outils pouvant être intégrer dans sa pratique auprès de l’enfant.  Il pourra utiliser ses connaissances pour développer les compétences de l’enfant DVS afin de le rendre fonctionnel et autonome dans ses différents milieux de vie (familial, scolaire et loisirs).

Clientèle visée :

Ergothérapeutes débutant leur pratique en pédiatrie ou pour ceux avec expériences qui veulent acquérir de nouvelles notions sur divers aspects touchant ce trouble neuro-développemental.

Professionnels et intervenants de l’éducation ou de la pédiatrie.

Méthode pédagogique :

Exposés, discussions de groupe et analyse de vignettes cliniques.

Françoise Lespérance

 

Françoise Lespérance détient un diplôme d’ergothérapie de l‘Université  acquis en 1982 en tant que bachelière. Elle a fait sa carrière d’ergothérapeute dans les centres de réadaptation au Québec auprès de la clientèle pédiatrique ayant diverses déficiences physiques dont près de 20 ans en déficience visuelle. Elle a également été gestionnaire clinique des équipes de réadaptation physique en pédiatrie et en sensorielle pour toute la région de l’Outaouais durant une dizaine d’années. Maintenant, Mme Lespérance utilise son expertise et ses compétences pour partager ses connaissances par des articles de blog disponibles sur son site jouer-et-grandir.com et sous forme de formation.

Enfants complexes, trucs simples: l’intégration sensorielle chez les enfants

Description
Ce n’est pas facile être un enfant, surtout si nos sens nous dérangent au lieu de nous aider. Il est difficile d’être à l’écoute des consignes de l’enseignante avec des amis qui chuchotent en classe, ou s’habiller pour aller jouer dehors quand tous les amis dans le corridor sont dans ma bulle, et il est impossible de rester assis pour la durée complète de cet examen quand je n’ai qu’envi de courir et sauter dehors. Mais quel est la différence entre ces enfants et un enfant qui finit son examen ou qui écoute toutes les consignes même avec la fenêtre de la classe ouverte et des bruits de construction dehors. De plus, quel est ce coussin d’air qu’utilise Johanne quand elle fait sa dictée, ou les coquilles de construction qu’à Victor durant les transitions entre cours, et pourquoi Luke a-t-il le droit d’avoir un toutou avec lui en classe? Tous ces sujets seront démystifiés lors de cette formation.
Objectifs
Cette formation a comme objectif d’expliquer la base de l’intégration sensorielle ainsi que démontrer aux professionnels travaillant avec des enfants ayant des besoins sensorielles des activités à faire ainsi que du matériel à utiliser pour aider ces enfants, soient ergothérapeutes, orthophonistes, enseignants, orthopédagogue, etc.
Contenu
Les sens, l’hyper et l’hypo réactivité, l’intégration sensorielle au quotidien, des trucs pour les enfants, pour les enseignants, ainsi que pour les professionnels de la santé travaillant avec ces enfants, matériels sensoriels pour qui et quand, etc.
Clientèle visée
Cette formation s’adresse aux professionnels travaillant avec des enfants intéressée à être introduit à l’intégration sensorielle ainsi qu’avoir certains trucs et stratégies pour aider ces enfants dans leur quotidien (activités de vie quotidienne, devoirs, jeux, etc.).
Méthode pédagogique
Exposé, discussion, mise en situation, analyses de cas.