Dans cette catégorie sont regroupées des formations pouvant intéresser les praticiens oeuvrant dans le champ de la santé mentale. La « santé » étant globale, il se peut que certaines formations intéressant un clinicien du champ de la santé mentale puissent se retrouver dans la catégorie « Santé physique ».

Cohérence cardiaque : inspire le calme, expire le stress (notions pratiques pour retrouver l’équilibre : pour soi et en relation d’aide)

Description

Tout le monde sait respirer, mais quels sont les bienfaits et le réel pouvoir de la respiration? Alors que c’est dans l’ère et plutôt tendance de prendre le temps de respirer, il existe encore beaucoup de confusions qui entourent ce terme et la cohérence cardiaque n’en fait pas exception. C’est pourtant une méthode prouvée qui vise à stimuler efficacement le système nerveux parasympathique et qui agit directement sur l’indicateur # 1 de la santé, la variabilité cardiaque.

Objectivée par plus de 27000 études, la cohérence cardiaque est une pratique respiratoire facile à intégrer dans son quotidien pour optimiser la gestion de stress.

Contenu

Plusieurs thématiques seront abordées :
– Pourquoi choisir la pratique de la cohérence cardiaque et quel est son impact sur le système nerveux, notamment sur le niveau de stress?
– Pourquoi pratiquer la cohérence cardiaque ? Meilleur focus; meilleure gestion d’énergie et d’anxiété; confiance en soi augmentée; effets sur la pression artérielle, le pouls et la capacité d’adaptation;
– Comment la pratiquer (protocole validé) ?
– Pour qui ?
– Au-delà de l’intervention, comment l’utiliser pour soi ?

Objectif
Cette formation a pour objectif d’outiller concrètement les professionnels de la santé sur les façons d’utiliser la cohérence cardiaque en clinique, pour eux et avec leurs clients, tout en comprenant les raisons et les bienfaits sous-jacents.

Clientèle-visée
Cette formation s’adresse à tous les intervenants qui souhaitent comprendre et intervenir concrètement sur l’équilibre du système nerveux avec une méthode simple.

Méthode pédagogique
Exposés théoriques, pratiques, discussions de groupe, approche participative. Le tout, présenté sous une forme dynamique avec une lunette ergothérapique afin de concrétiser l’art de l’intégrer au quotidien.

Ergothérapie et trouble de stress post-traumatique : comprendre et intervenir auprès des militaires et vétérans

ENSEIGNANTS

Geneviève Lessard, erg. PhD, Scientifique de la Défense Nationale, Valcartier

Major Luc Lacombe, Forces Armées Canadiennes, Valcartier

Capitaine Bernard Lafontaine, Forces Armées Canadiennes, Valcartier

 

Description

Offerte conjointement par deux militaires d’expérience haut-gradés des Forces Armées Canadiennes (FAC) vivant avec un trouble de stress post-traumatique (TSPT) et un ergothérapeute spécialisé en santé mentale auprès des militaires et vétérans vivant avec un TSPT, cette formation vise à outiller les ergothérapeutes à l’évaluation et l’intervention auprès de cette clientèle. Elle s’appuie sur l’influence intrinsèque qu’a le processus d’enculturation et expérientiel militaire, parfois peu connu, sur la façon dont le TSPT affecte la participation et la satisfaction occupationnelle.

 

Objectifs

  1. Comprendre qu’est-ce que le TSPT en contexte militaire et ses principaux impacts fonctionnels;
  2. Comprendre l’interaction entre le TSPT et ses principales comordidités (i.e., douleur chronique, traumatisme crânien léger, et trouble dépressif majeur) sur la participation occupationnelle;
  3. Identifier les principales modalités thérapeutiques inter/multidisciplinaires et le rôle et mandat distinctif de l’ergothérapeute;
  4. Comprendre l’influence, notamment: du type de fonctions exercées au sein des Forces Armées Canadiennes, du rang occupé, des déploiements effectués, de la culture et des valeurs promues dans les FAC, etdes effets des déploiements sur l’environnement social du militaire/vétéran sur les dimensions de la personne du client et les manifestations fonctionnelles du TSPT;
  5. Comprendre la nature de la transition occupationnelle imposée par l’arrivée d’un TSPT;
  6. Identifier les interventions-cibles à réaliser en fonction des besoins du client (e.g. interaction TSPT-gestion de la douleur, sommeil, gestion de la médication, gestion de l’énergie, élargissement du répertoire occupationnel, processus motivationnel facilitant un réengagement occupationnel satisfaisant, possibilité d’accompagnement dans les démarches pour obtenir un chien de service psychiatrique, etc.);
  7. Identifier les autres formations continues possibles permettant de bonifier son coffre à outils d’intervention.

 

Clientèle visée

Ergothérapeutes oeuvrant auprès de militaires ou d’anciens combattants vivant avec un TSPT.

 

Méthode pédagogique

Exposés magistraux et réalisation de vignettes cliniques en sous-groupes

 

Durée : 6h

AM : Comprendre

PM : Intervenir

Favoriser la signifiance occupationnelle en ergothérapie : pourquoi et comment?

Le concept de signifiance occupationnelle est présent depuis très longtemps dans la profession, mais il n’est pas toujours facile à comprendre, à évaluer et à utiliser.

 

Cette formation a pour objectif de clarifier le concept de signifiance occupationnelle : comment le définir, comment le mesurer (outils d’évaluation) et surtout comment mettre en place des interventions qui favorisent la siginifiance occupationnelle des clients (patients). La formation se base sur les données probantes, sur des recherches en cours et surtout, sur le vécu clinique.

 

Clientèle visée : Elle permet aux ergothérapeutes qui œuvrent avec différentes clientèles (ex : adulte, personnes âgées) dans différents secteurs d’activité (ex : réseau de la santé, pratique privée) de s’outiller pour 1) évaluer le niveau de signifiance occupationnelle de leurs clients (patients), 2) mettre en place des interventions favorisant la signifiance occupationnelle tout en tenant compte des autres mandats et 3) appuyer (ex : auprès des agents payeurs, de collègues, de supérieurs) le bienfondé et la plus-value de ce type d’interventions.

 

Modalités : Dans cette formation de 6 heures, des périodes de présentation, de discussions de groupes, d’analyse de vignettes cliniques et d’activités de réflexion et de co-construction sont prévues.

Approche cognitive-comportementale multimodale de groupe dans le traitement et la réadaptation de la psychose et la schizophrénie.

DESCRIPTION DE L’ACTIVITÉ :

La schizophrénie est associée à une détérioration du fonctionnent social et occupationnel. En effet les symptômes psychotiques persistants, les troubles cognitifs, les symptômes négatifs et la comorbidité anxieuse, dont l’anxiété sociale, contribuent grandement aux difficultés dans les relations interpersonnelles, les habitudes de vie et les activités productives.

Un programme d’intervention de groupe multimodal est présenté. Ce dernier intègre différentes composantes telles que l’éducation, le développement de compétences sociales, le développement des habiletés de communication, l’exposition à l’anxiété sociale, la restructuration cognitive, l’exposition et la tolérance à l’expérience psychotique, la remédiation cognitive, l’activation comportementale, la résolution de problèmes, ainsi que le support à l’intégration à des activités productives.
Ce programme d’intervention est standardisé dans sa forme, tout en étant personnalisé pour chaque participant.

OBJECTIFS D’APPRENTISSAGE :

• Apprendre à planifier un programme d’intervention de groupe selon le niveau fonctionnel des participants
• Apprendre à comment optimiser l’adhérence thérapeutique et maintenir la motivation des participants
• Apprendre à évaluer les habiletés de communication et les habiletés sociales
• Apprendre à conceptualiser des séances éducatives de groupe sur diverses thématiques associées aux impacts de la schizophrénie et la comorbidité sur le fonctionnement, aux stratégies thérapeutiques, au rétablissement, aux risques de rechute, aux bonnes pratiques, aux ressources disponibles, etc.
• Apprendre à utiliser les stratégies d’exposition à l’anxiété sociale dans un contexte de groupe
• Apprendre à utiliser les techniques liées à l’entrainement aux habiletés de communication et habiletés sociales
• Apprendre à utiliser la remédiation cognitive de manière écologique et selon le profil cognitif de chacun des participants

OBJECTIFS D’APPRENTISSAGE (suite) :

• Apprendre à évaluer l’efficacité du programme selon la perspective et l’expérience de chaque participant
• Connaitre l’efficacité attendue de la thérapie cognitive-comportementale de groupe selon les données probantes et les bonnes pratiques employées par les experts dans ce domaine

PRÉREQUIS :
Intervenants œuvrant en santé mentale auprès d’une clientèle qui souffre de psychose et de schizophrénie. Des connaissances théoriques de base en approche cognitive-comportementale sont recommandées, mais non obligatoires.
Description du matériel didactique
• Exposés magistraux avec support PowerPoint étant accompagnés de nombreuses démonstrations et exemples cliniques
• Manuel de procédure pour le programme d’intervention de groupe
• Analyses de vignettes cliniques enregistrées sur vidéo (si en présentiel).
• Exercices en groupe

Modalités d’évaluation
• Quelques outils d’évaluations seront distribués aux participants.

Sommeil: quand cette occupation devient un enjeu, que faire?

L’IFCQ est fier de vous présenter un premier parteniariat de formation avec le GRIEPS en France. Cette formation à pour objectif d’outiller nos professionnels de la santé pour aider leurs clients, patients, résidents et autres à adopter de saines habitudes de sommeil et à comprendre les enjeux réels s’y rattachant.

Créé en 1976, le GRIEPS, organisme de formation-conseil, est une SCOP qui accompagne les établissements sanitaires et médicosociaux et les professionnels de santé salariés et libéraux à répondre aux besoins de santé de la population et à s’adapter aux mutations de l’environnement sur les plans cliniques, organisationnels et managériaux.

Contexte
Pendant longtemps, dormir a été considéré comme « une perte de temps ». Réellement étudié depuis seulement vingt à trente ans, le sommeil nous révèle petit à petit ses secrets. Tout nous montre aujourd’hui, l’importance de dormir pour notre bien-être et pour notre maintien en santé. Le temps de sommeil est un temps de régulation homéostasique, il permet, équilibre, épuration,
renouvellement et réparation. Dormir correspond donc à un besoin tant physiologique que psychique. Au-delà de son aspect neurologique, il concerne toutes les grandes fonctions de l’organisme. Dormir n’est pas perdre son temps donc… Bien au contraire, on en arrive à formuler des hypothèses relatives à la qualité du sommeil et à l’espérance de vie.

Pourtant, « la dette de sommeil » s’alourdit d’année en année pour bien des personnes :

  • Les nuits des Français ont perdu entre 1 heure et 1 h 30 en 50 ans, selon le baromètre de Santé
    publique France.
  • Près de trois quarts (74 %) des Canadiens dorment moins de sept heures par nuit, 28 % de cinq à six
    heures et 8 % moins de cinq heures, selon un récent sondage Angus Reid.
  • L’environnement, la maladie, le « stress », l’alimentation, le travail en horaires atypiques … autant de
    facteurs de dérèglements de notre horloge biologique.

Il s’agit sans aucun doute d’un nouveau challenge de santé publique à relever pour les acteurs de soins :

  • Connaître et reconnaître les troubles du sommeil,
  • Prévenir les troubles du sommeil,
  • Agir pour participer à leur traitement, et promouvoir ainsi le maintien et/ou le recouvrement de la santé des usagers, résidents, patients…

Cette formation propose des outils pour comprendre, évaluer et agir sur cette thématique.

Public concerné et prérequis
Thérapeutes et professionnels de la santé voulant comprendre, évaluer et intégrer la gestion du sommeil dans son plan d’intervention.

 

Déroulement des journées de formations : 

Jour 1

Présentation des participants et de l’intervenant

Intégrer les bases neurobiologiques du sommeil

  • Vidéo introductive « le sommeil des animaux »
  • Présentation expositive :
  • La structure du sommeil, le fonctionnement du corps humain au cours du sommeil.
  • Les bases des mécanismes neurophysiologiques, biochimiques et hormonaux du sommeil.
  • Les théories concernant les fonctions du sommeil.
  • Le rythme circadien et chronotypes
  • Vidéo de synthèse
  • TD expérimentation micro-sieste méthode 1

 

Identifier et analyser les facteurs influençant le sommeil

  • Interactivité
  • Les facteurs modifiant le sommeil :
  • L’âge : sommeil du nourrisson, de l’enfant et de l’adolescent, sommeil des personnes âgées,
  • L’environnement : bruit, température…
  • Les rythmes de vie, le travail à horaires décalés,
  • Les médicaments, les aliments…
  • Les pathologies

Améliorer son hygiène de vie

  • Réalisation d’un tableau virtuel global de la « dette de sommeil », pointage des facteurs étiologiques
  • Techniques psychocorporelles favorisant le sommeil
  • L’agenda du sommeil : présentation et consigne d’expérimentation en intersession

 

Jour 2 :

Différencier les différents troubles du sommeil

  • Retour sur l’expérimentation inter session de l’agenda du sommeil personnel
  • Vidéo introductive « j’ai mal dormi »
  • Insomnies*
  • Troubles du sommeil en relation avec la respiration*
  • Troubles du rythme circadien
  • Parasomnie*
  • Mouvements en relation avec le sommeil
  • Autres troubles du sommeil

 Vidéo de synthèse et actualité de la recherche « dormir à tout prix »

Évaluer les conséquences des troubles du sommeil

  • TD expérimentation micro-sieste méthode 2
  • Interactivité
  • Relatives aux conséquences de la désynchronisation
    • Conséquences d’ordre somatique
    • Conséquences d’ordre psychique
    • Conséquences d’ordre social
  • Les outils précis d’évaluation
  • Questionnaire d’auto-évaluation et de dépistage Epworth (risque de somnolence
  • Index de Sévérité de l’Insomnie (ISI)

 

Adopter et conseiller une hygiène de sommeil

  •  Sommeil et alimentation
  • Sommeil et activité physique
  • Sommeil et lumière
  • Sommeil et facilitation de l’endormissement
  • Sommeil et douleur physique ou psychique
  • Le respect des rythmes personnels et de leur REGULARITE
  • Capsule vidéo « conseils pour mieux dormir »

 

Traiter les troubles du sommeil

  • TD expérimentation micro-sieste méthode 3
  • Les stratégies thérapeutiques : médicaments, psychothérapie, chronothérapie, luminothérapie.
  • Les rituels et la ritualisation propices à l’endormissement.
  • Les techniques psychocorporelles favorisant le sommeil :
  • L’atelier DO IN anti-fatigue/anti-stress,
  • Les points d’acupressure anti-stress et inducteurs du sommeil.
  • L’intérêt de l’aromathérapie

 

Psychologie de la motivation : comment engager le client dans le changement

La problématique

Les clients\patients peuvent avoir certaines difficultés dans la motivation aux recommandations de santé du thérapeute (exercices de réadaptation, activité physique, nutrition saine…) en raison des enjeux émotionnels qui grugent leur énergie mentale et de leur personnalité. L’énergie mentale permet la régulation émotionnelle et la résolution de problème ce qui demande un soutien et un ajustement important des professionnels de la santé.  

 

Module 1 (3h00)

Comprendre les barrières de motivation des clients qui affectent l’énergie mentale et la motivation aux recommandations.

Les objectifs

 

  • Évaluer et intervenir sur les besoins motivationnels.

 

  • 1er besoin : se sentir autonome et cohérent avec ses valeurs : être inspirant plutôt que contrôlant : êtrecapable de mobiliser un patient en fonction des objectifs santé.
  • 2ebesoin :  se sentir compétent et à la hauteur des défis liés à la maladie : donner des rétroactions (feedbacks) constructives sans survaloriser ni dévaloriser
  • 3e besoin : se sentir en connexion avec son thérapeute et les autres patients.

 

  • Développer son pouvoir motivationnel à travers des exercices pratiques et des outils de stratégies d’influence basées sur l’entretien motivationnel et la motivation autodéterminée comme l’analogie, le contraste, l’empathie émotionnelle…

 

  • Mettre en pratique sous forme d’atelier les méthodes de communication pour augmenter l’impact des interventions du thérapeute sur la motivation des clients.

 

 

Module 2 (3h00) 

Apprendre un outil (le design thinking) qui explique et accompagne le client dans le processus de changement de façon efficace.

 

Aider les clients à avoir un processus d’adoption de comportement de santé personnalisé et efficace. À l’aide du « Design Thinking », apprenez comment favoriser la motivation intérieure (plutôt que la pression extérieure ou la culpabilité) pour créer un engagement sain et durable qui permet d’atteindre vos objectifs santé (exercices de réadaptations, activité physique, nutrition saine…).  Dans la réadaptation, le comportement de santé demande de l’énergie et provoque des résistances. Surtout, il est très difficile à maintenir dans le temps, car l’être humain a naturellement tendance à retomber dans ses vieux « patterns » et à perdre sa motivation.

 

Les objectifs

1-        Changer simplement, mais durablement : le plus petit pas que vous pouvez faire aujourd’hui vers la santé physique et psychologique.

2-        Comprendre les 3 étapes du design :

-Empathie

– Inspiration (divergence-convergence)

– Prototype (test-retest)

3-        Créer un design ou une structure favorisant les facteurs scientifiques d’accessibilité, d’autonomie, de compétence et de connexions sociales.

4-        Prévenir les échecs et outrepasser les barrières à l’adoption d’un comportement de santé (activité    physique, nutrition saine et méditation).

 

Références

Burgers, C., Eden, A., van Engelenburg, M. D., & Buningh, S. (2015). How feedback boosts motivation and play in a brain-training game. Computers in Human Behavior48, 94-103.

Cosme, D., & Berkman, E. T. (2018). Autonomy can support affect regulation during illness and in health. Journal of Health Psychology1, 7.

Savard, J. et Ivers, H. (2013). The evolution of fear of cancer recurrence during the cancer care trajectory and its relationship with cancer characteristics. Journal of Psychosomatic Research, 74, 354-360.

 

Symptômes Comportementaux et Psychologiques de la Démence (SCPD) : Le rôle de l’ergothérapeute

Description de la formation : Les troubles neurocognitifs sont accompagnés de symptômes comportementaux et psychologiques de la démence sous l’acronyme SCPD dans une proportion de 40 à 60%. Considérant la prévalence des SCPD chez les personnes âgées atteintes de démence, ainsi que les conséquences, la gestion des SCPD est une priorité actuelle. Plusieurs écrits confirment la contribution de l’ergothérapeute lors de la gestion des SCPD en interdisciplinarité. L’ergothérapeute peut, de par son expertise, évaluer les capacités de la personne, les exigences de la tâche et l’influence de l’environnement. Suite à l’analyse de l’interaction de ces trois éléments, il peut mettre en place diverses interventions non-pharmacologiques. Cette formation vise à outiller les ergothérapeutes à contribuer à la gestion des SCPD.

Objectifs de la formation : Définir les SCPD et les impacts; Choisir et appliquer un modèle théorique pour expliquer l’apparition d’un SCPD d’un SCPD; Identifier et se familiariser avec des outils d’évaluations spécifiques à l’ergothérapeute pour cette problématique; Élaborer un plan d’intervention pour une personne présentant un SCPD en utilisant des moyens d’interventions intégrant les résultats probants; Discuter de la tenue de dossier relative au processus ergothérapique.

Clientèle visée : Ergothérapeutes œuvrant auprès d’une clientèle âgée ou présentant des symptômes comportementaux et psychologiques de la démence.

Contenu : Exposé théorique, vignette clinique, expérimentation d’outils d’évaluation, présentation du répertoire d’interventions efficaces, plénière.

 

Plan : Définition des concepts théoriques relatifs au SCPD; Introduction de quatre modèles théoriques expliquant l’apparition des SCPD; Outils d’évaluation; Moyens d’intervention intégrant les résultats probants; tenue de dossier.

 

Horaire :

Sujet abordé

 

Méthode d’enseignement Durée prévue
Mot de bienvenue

Présentation des participants

Présentation du déroulement de la journée

Présentation

Énumération des attentes

9H00 à 9h30
Définition des concepts théoriques

Modèles théoriques

Exposé théorique

Power point

9H30 à 10h15
Application d’un modèle Vignette clinique en sous-groupe 10h15 à 10h30
Pause Santé

10h30 à 10h45

Retour sur l’exercice Plénière 10h45 à 11h15
Outils d’évaluation Exposé théorique

Power point

Consultation d’outils

11h 15 à 12h00
Diner

12h00 à 13h30

Moyens d’intervention Vignette clinique en sous-groupe suivi d’exposés théoriques 13h30 à 14h45
Pause Santé

14h45 à 15h00

Niveau d’évidence scientifique Tableau comparatif du répertoire d’interventions 15h00 à 15h15
Plan d’intervention et tenue de dossier Atelier pratique en sous-groupe et plénière 15h15 à 15h45
Retour sur la journée Résumé

Commentaires

Évaluation de la formation

15h45 à 16h00

 

 

Approche cognitivo-comportementale dans le traitement et la réadaptation de la psychose et la schizophrénie.

DESCRIPTION DE L’ACTIVITÉ :

Présentation des caractéristiques associées à la psychose et la schizophrénie ainsi que leurs conséquences  sur le fonctionnement social, les relations interpersonnelles, les habitudes de vie et les activités productives.
Présentation des modèles d’intervention d’approche comportementale et cognitive pour la psychose, pour les symptômes négatifs de la schizophrénie et pour de la comorbidité associée. Élaboration de plans d’intervention individualisés selon les caractéristiques et problématiques propres de chaque client et de ses proches.

OBJECTIFS D’APPRENTISSAGE :

  • Connaître et comprendre les trois composantes de la schizophrénie : les symptômes psychotiques, les symptômes négatifs et les troubles cognitifs ainsi que la comorbidité associée à ce trouble.
  • Connaître les différentes étapes du développement de la schizophrénie et de même que du rétablissement qui, suite aux traitements, se caractérise par accompagnent la rémission partielle ou complète (partielle ou complète) des symptômes avec les suite aux traitements.
  • Connaître l’impact de la schizophrénie sur les activités de la vie quotidienne et productive ainsi que sur les relations interpersonnelles et les compétences sociales.
    • Apprendre à évaluer (analyse fonctionnelle) les hallucinations, les idées délirantes, l’anhédonie, l’émoussement affectif, l’avolition, l’alogie, l’asocialité, les compétences sociales, etc., selon l’approche cognitivo-comportementale, de même qu’à évaluer les facteurs intrinsèques et environnementaux.
    • Apprendre à utiliser les techniques d’intervention cognitives et comportementales (TCC) démontrées efficace pour les hallucinations, les idées délirantes, l’anhédonie, l’émoussement affectif, l’avolition, l’alogie, l’asocialité, les compétences sociales, etc.
    • Apprendre à planifier un programme d’intervention en individuel et de groupe selon le niveau fonctionnel du ou des participants.
    • Apprendre à utiliser les ressources communautaires et à intervenir auprès de la famille et des proches de la personne schizophrène.
    • Connaitre l’efficacité attendue de la TCC selon les données probantes et les bonnes  pratiques employées par les experts dans ce domaine.

PRÉREQUIS :

Intervenants œuvrant en santé mentale auprès d’une clientèle qui souffre de psychose et de schizophrénie.  Connaissances théoriques de base en approche cognitivo-comportementale  sont  recommandées mais non obligatoires.

Description du matériel didactique

  • Exposés magistraux avec support PowerPoint et accompagnés de nombreux exemples cliniques.
  • Manuel de procédure pour le programme d’intervention de groupe.
  • Analyses de vignettes cliniques enregistrées sur vidéo.
  • Exercices en petit groupe.

Modalités d’évaluation

  • Quelques outils d’évaluations seront distribués aux participants.

 

Collaboration interprofessionnelle et qualité de vie au travail : pour bonifier les compétences de chacun

DESCRIPTION : La collaboration interprofessionnelle est un outil efficace pour résoudre des problèmes complexes tout en permettant de partager les rôles et responsabilités de chacun. Cela engendre des effets positifs directement sur la qualité des services à la clientèle et sur la qualité de vie au travail. Pour y arriver, les professionnelles de la santé et des services sociaux doivent développer de multiples compétences autant dans leur champ d’exercices spécifique que dans le champ des relations interpersonnelles. Cette formation permettra d’élargir la vision de nos rôles respectifs et communs et de mettre l’accent sur la plus-value propre à nos champs d’exercices. Il abordera les fameuses zones grises qui s’avèrent des lieux privilégiés d’échanges constructifs. Ceci favorisant la mise en place de plan d’intervention centrée sur les besoins du client. Une panoplie de stratégies et d’outils pour améliorer notre organisation et trouver des solutions au quotidien y seront présentés.

OBJECTIFS :

Améliorer la compréhension des champs d’exercices et activités partagées et se donner des outils pour optimiser le travail des professionnels.

Comprendre les éléments facilitateurs et les obstacles à la collaboration interprofessionnelle comme le leadership et l’humour.

Pouvoir identifier ses propres compétences à la collaboration et en découvrir de nouvelles.

Améliorer la qualité des échanges entre les membres de l’équipe et le partage des responsabilités face à des défis complexes.

Se donner des outils d’organisation professionnelle afin de garder un équilibre entre la performance et la qualité de vie au travail.

CONTENU: Alternance entre contenu théorique et vignettes cliniques. Présentation d’outils de dépistage, outils d’évaluation, stratégies d’intervention, notion de gestion du risque.

CLIENTÈLE VISÉE: Ergothérapeutes auprès d’une clientèle âgée ou adulte présentant des déficits cognitifs.

La « Boîte à Réussites » sur la dyspraxie visuo-spatiale: les interventions en ergothérapie (2e partie)

Description

Dans cette deuxième partie de la formation « La Boîte à Réussites » sur la dyspraxie visuo-spatiale, l’emphase est mise sur les interventions à privilégier auprès d’un enfant DVS à partir d’approches utilisées en ergothérapie.

Les différentes occupations et le rendement de l’enfant sont abordés en tenant compte des concepts du PPH (Processus de production du handicap), du MCRO (Mesure canadienne du rendement occupationnel), de l’approche CO-OP (Cognitive Orientation to daily Occupationnel Performance) et d’éléments de certaines approches Bottom-up.

La formation donne des pistes pour clarifier comment intervenir avec les composantes oculomotrices, visuo-spatiales et motrices lors des actions, tâches et occupations du quotidien et ce, dans les différents environnements de vie de l’enfant DVS.

Objectifs

  • Comprendre et clarifier la nomenclature du PPH, du MCRO et de l’approche CO-OP pour intervenir auprès d’un enfant DVS;
  • Comprendre comment les composantes visuo-spatiales interfèrent lors des occupations de l’enfant et comment aider l’enfant à améliorer son rendement.
  • Découvrir des outils pouvant être utilisé lors de l’élaboration du plan d’intervention de l’enfant et lors du suivi régulier en ergothérapie.
  • Se familiariser avec diverses modalités disponibles sur le marché pour aider l’enfant dans ses actions et tâches en milieu scolaire.

Contenu

Le participant reçoit un document de référence. Il s’approprie des connaissances, stratégies et des outils pouvant être intégrer dans sa pratique professionnelle auprès des enfants.

Diverses mises en situation aident le participant à la compréhension du défi de l’enfant DVS qui veut améliorer son rendement fonctionnel dans ses différentes occupations quotidiennes.

Clientèle visée

Ergothérapeutes ayant une pratique en pédiatrie et desservant une clientèle avec différents troubles neurodéveloppementaux.

Méthode pédagogique

Exposés, discussions, analyse de vignettes cliniques.